TRACASSERIES ROUTIÈRES DANS L’ESPACE UEMOA : LE MALI TIENT LA TÊTE

Le 24e rapport de l’Observatoire des pratiques anormales (OPA) classe en tête le Mali des pays de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) où les tracasseries routières sont plus développées.

En effet le phénomène qui entame le développement de pays concernés a une tendance moyenne à la baisse, mais malgré tout, les transporteurs perdent toujours beaucoup de temps et d’argent illégalement sur les axes qui relient les Etats de l’union.

Les nombreux postes de contrôle et les barrières non tarifaires érigés sur les routes entravent la libre circulation des personnes et des biens. Le Mali est considéré comme le mauvais élève en matière de gouvernance routière alors que le Togo est le moins tracassier selon le rapport.

Le Burkina Faso suivrait le Mali, en ce qui concerne l’ampleur des contrôles routiers. Dans certains pays le document note une recrudescence du phénomène, d’autres sont plutôt constant, mais dans l’ensemble le phénomène diminue comparativement aux années antérieures.

En 2013, les perceptions illicites ont été plus élevées sur la partie malienne du corridor Bamako-Ouagadougou.

La frontière entre le Mali et Burkina, est le plus cher pour les transporteurs qui paient plus de 13 000 F CFA de prélèvements illicites par camion et par voyage alors que la frontière de Paga au Ghana est la moins chère de la sous-région avec moins de 300 F Cfa par passage.

Les corridors Dakar-Bamako et Ouagadougou-Bamako accumulent les plus longs retards avec une moyenne de 5 heures d’arrêt cumulés. Le Sénégal lui a fait de gros efforts en matière de gouvernance routière à travers tous les corps (douane, gendarmerie, e police).

En outre, les contrôles policiers et gendarmes sont plus indexés par l’OPA que les contrôle douaniers ; ce qui pourrait être imputé aux conditions sécuritaires particulièrement délétères ces dernières années dans la sous-région.

L’initiative tendant à réduire les pratiques illicites dans le contrôle routier devrait être assez bien soutenue afin d’anéantir ces pratiques illégales et tendre vers une plus libre circulation des personnes et des biens au bonheur de l’émergence de l’Afrique de l’ouest par les échanges commerciaux.

Boureima LANKOANDE

pour Burkina 24

source: malijet.com

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR