Protection des consommateurs : La CEDEAO s’y attèle

La Communauté Economique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) organise du 19 au 21 novembre 2018 un atelier de validation d’un cadre réglementaire communautaire pour la protection du consommateur et d’un mécanisme pour sa représentation dans les organes de l’infrastructure qualité. L’ouverture  est intervenue ce lundi 19 novembre 2018 à Ouagadougou.  

Dans le contexte actuel de la mondialisation marquée par la libéralisation des échanges et l’ouverture des marchés, la qualité des produits et services offerts aux consommateurs est un facteur indéniable de compétitivité. C’est  alors que la CEDEAO a initié un atelier de validation d’un cadre réglementaire communautaire pour la protection du consommateur et d’un mécanisme pour la représentation des consommateurs dans les organes de l’infrastructure qualité.

Ledit atelier intervient dans le cadre du Programme Système Qualité de l’Afrique de l’Ouest (PSQAO) qui vient en appui à la mise en œuvre de la politique qualité de la CEDEAO.  Pour Charles Eugene Nabollé, conseiller technique du ministre burkinabè du commerce, de l’industrie et de l’artisanat, représentant le ministre Harouna Kaboré, les associations créées dans l’espace CEDEAO pour défendre et protéger les consommateurs face à la dérive des producteurs professionnels sont le plus souvent confrontées à l’absence d’un cadre juridique national et régional pertinent qui leur permettrait de mener leurs activités de façon efficace.

« Le gouvernement du Burkina Faso, depuis l’adoption de sa politique nationale de qualité qui a pour objectif d’assoir une infrastructure qualité forte au niveau national  d’ici 2025, n’a cessé de soutenir les actions en faveur de la qualité au niveau national, communautaire, régional et international. En effet, sur 616 normes nationales adoptées, 487 ont été rendues d’application obligatoire dans le but de protéger efficacement le consommateur et d’améliorer la compétitivité des entreprises » (Charles Eugene Nabollé)

Safyatou Ba, représentante de l’Organisation des Nations Unies pour le Développement Industriel (ONUDI), explique que l’atelier relatif à la protection des consommateurs est une approche pour anticiper les éventuels problèmes de qualité de produits de grandes consommations. « Aussi, l’ONUDI est-elle heureuse de noter la prise de conscience au plus haut niveau des responsables de l’Afrique de l’Ouest de la nécessité de renforcer les capacités des associations des consommateurs et de créer un environnement propice aux activités de ces dernières à travers un cadre réglementaire communautaire »,  a-t-elle ajouté.

Les participants à l’atelier

Les participants à l’atelier

« Les chefs d’Etats membres de la CEDEAO ont adopté en 2013 la politique qualité de la CEDEAO, visant à assurer la compétitivité au plan international à travers la fourniture de biens et de services de qualités. Cette politique vise également à assurer une protection des consommateurs et d’une préservation de l’environnement au profit d’un développement durable », a affirmé Mamadou Traoré, commissaire de la CEDEAO à l’industrie et la promotion du secteur privé. Il a par ailleurs remercié les autorités du Burkina d’avoir accepté organiser cet atelier.

Les résultats attendus sont le projet de cadre  réglementaire communautaire élaboré conformément au guide de l’ONU pour la protection des consommateurs, le mécanisme pour désigner les représentants des associations de consommateurs au niveau de la CEDEAO et la sensibilisation des participants à la plateforme.

Basile SAMA (stagiaire)

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE