Burkina Faso : Les acteurs de l’industrie et du commerce en conclave

Le premier conclave national sur l’industrie et l’économie s’est tenu ce jeudi 3 septembre 2020 à Ouagadougou sous l’égide du chef du gouvernement burkinabè, Christophe Dabiré. Cette activité se veut un cadre où les acteurs du commerce et de l’industrie travailleront à la recherche des solutions durables aux problèmes qui entravent l’essor  de leur secteur.

« Industrie et commerce : quelle synergie pour l’émergence de l’économie du Burkina Faso », c’est autour de ce thème que se tient le premier conclave national de l’industrie et de l’économie. Les participants vont travailler à trouver des solutions sur des problèmes auxquels font face les deux filières.

Selon le chef du gouvernement burkinabè, les problèmes qui entravent le développement de l’industrie et le commerce burkinabè sont d’ordre organisationnel et communicationnel.

« Il faut que nous travaillions à organiser notre économie, et faire en sorte que les acteurs qui interviennent dans le secteur privé soient également organisés de manière à ce que l’industrie qui est à la base de la croissance économique puissent contribuer efficacement à la création de richesse et d’emploi », a dit le Premier ministre Christophe Dabiré.

Faciliter les échanges

A l’écouter, la communication permettra de faciliter les échanges entre les acteurs des deux domaines. « Et aujourd’hui, ce conclave permet aux opérateurs dans le domaine de l’industrie dans le domaine du commerce d’échanger, de se donner les informations, d’expliquer un certain nombre de choses et d’établir des passerelles entre eux pour permettre à l’économie de se développer de façon harmonieuse », a ajouté le Premier ministre.

Pour Christophe Dabiré, ce conclave s’inscrit aussi dans le cadre de la rencontre secteur privé et le gouvernement. Et la présente activité servira aux acteurs du privé et du public de se décider sur les réformes structurelles à engager.

« Ce dialogue est important parce que si les industriels et les acteurs du commerce ne s’expliquent pas, ne comprennent pas pourquoi il faut travailler ensemble, créer la synergie, les uns vont produire et les autres ne vont pas commercialiser. Et forcement, nous allons arriver à des crises que nous avons déjà connues qui ont conduit à la fermeture d’un certain nombre d’industries dans notre pays », a rajouté le chef du gouvernement.

La transformation structurelle de l’économie

A en croire le chef du gouvernement, la transformation structurelle de l’économie burkinabè part de ce concept. « Faire en sorte que les différents secteurs soient mieux organisés et que de l’autre côté, qu’il y ait la communication entre les différents secteurs de développement de notre pays », a-t-il renchéri.

Egalement, il a promis que le gouvernement travaillera à ce qu’au-delà de la rencontre gouvernement-secteur privé, que de façon particulière les différents secteurs puissent se rencontrer pour échanger sur les difficultés de développement auxquelles font face les acteurs afin d’aboutir à la longue à une synergie entre les différents opérateurs économiques du Burkina Faso.

Trois conventions de financement ont été signées à cette occasion avec trois structures pharmaceutiques et biologiques dans le cadre de l’initiative de renforcement des capacités productives des PME et PMI (IRCP-PHARMA).

Willy SAGBE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE