Journée Mondiale des légumineuses

Burkina : Journée Mondiale des légumineuses sous l’angle de la lutte contre la pauvreté

85 total views, 4 views today

Au regard des valeurs nutritives des légumineuses, le Burkina Faso a commémoré la première Journée Mondiale des Légumineuses (JML), ce lundi 11 février 2019, à Méguet, dans la région du Plateau Central.

Au Burkina Faso, pratiquée par 69,2% des ménages agricoles et ruraux, la culture des légumineuses génère des revenus pour les ménages. En sus de son rôle de plus en plus prépondérant dans la consommation alimentaire des ménages, l’exportation de ces produits agricoles procure au Burkina Faso près de 4 milliards de FCFA par an. Les principales légumineuses produites sont le niébé, l’arachide et le voandzou ou poids de terre.

Les légumineuses présentent de nombreuses vertus sur le plan nutritionnel et économique. En plus de la richesse en protéine, cette culture permet de lutter contre l’obésité, de prévenir les maladies comme le diabète, les pathologies cardiovasculaires, le cancer et constitue des sources de revenus pour les ménages les plus vulnérables.

Institutionnalisée par l’Assemblée des Nations Unies le 20 décembre 2018, la célébration de la journée mondiale des légumineuses vise à sensibiliser l’opinion publique et internationale sur l’importance de la contribution des légumineuses dans l’atteinte de la sécurité alimentaire et nutritionnelle.

La première journée mondiale a été célébrée à Méguet, dans la commune rurale située à 25 kilomètres de Zorgho, dans la province du Ganzourgou sous le thème : « Des légumineuses pour renforcer les sources de revenus et les moyens d’existence des ménages ».

Exposition des légumineuses

Exposition des légumineuses

Le ministre en charge de l’agriculture, Salifou Ouédraogo, a fait savoir que la production et la consommation des légumineuses s’affichent comme une opportunité pour les couches les plus vulnérables que sont les femmes. Les nombreux potentialités et avantages que revêtent ces spéculation permettent également de mieux faire face au triple problème de la gestion de la fertilité des sols, la réduction des effets néfastes du changement climatique et la problématique de la sécurité alimentaire.

Salifou Ouédraogo a ajouté que pour la campagne agricole 2019/2020, il est attendu une production d’environ 748 000  tonnes de niébé, 530 000 tonnes d’arachide et 89 200 tonnes de voandzou. Le président de la Chambre nationale de l’agriculture, Moussa Koné, a relevé le fait que malgré les efforts, le secteur agricole rencontre des contraintes.

Il s’agit, entre autres, de l’accès difficile aux intrants et équipement de production, le coût élevé des technologies innovantes de production, le manque d’infrastructures de stockage, de transformation et l’absence de financement adapté. Le Premier ministre, Christophe Joseph Marie Dabiré, a indiqué que le gouvernement accorde une grande importance à cette journée pour l’atteinte de l’autosuffisance alimentaire et la sécurité nutritionnelle.

Le Larlé Naba élevé commandeur de l’ordre de mérite du développement rural

Le Larlé Naba élevé commandeur de l’ordre de mérite du développement rural

Par ailleurs, le chef du gouvernement a procédé à la remise de matériels de production à des associations et groupements de producteurs intervenant dans la culture des légumineuses d’une valeur de plus de 36 millions de F CFA.

En outre, le Laarlé Naaba a vu ses efforts dans l’agriculture récompensés par la médaille du commandeur de l’ordre du mérite du développement rural. Il a expliqué que c’est la première fois, depuis 29 ans sur le terrain de la promotion du développement agricole, qu’il est distingué. Il a estimé qu’avec les avancées  « dans 10 ans, nous pouvons arriver à la fin de la faim au Burkina Faso ».

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR