FESTIGRILL 2018 : Les grillades ont commencé à la Maison du peuple !

C’est parti pour la 9e édition du FESTIGRILL et ce,  jusqu’au 25 novembre 2018 à la Maison du peuple de Ouagadougou. Pour la promotrice du festival Mariam Doumbia,  l’initiative majeure pour cette édition, est l’accompagnement des participants. 

« Nous avons plus de 280 stands. Tous ces grilleurs seront ravitaillés gracieusement en matière première (tout ce qui est produit de l’élevage). Ils vont transformer avec les produits des partenaires (huile, mayonnaise, etc.) et  le lendemain, ils enlèvent leurs bénéfices et ils vont payer », explique-t-elle.

Le même procédé vaut pour les stands. Il  «y a beaucoup qui sont venus nous voir  en disant qu’ils n’ont pas les moyens. On a mis une bonne cinquantaine de stands à leur disposition. Ils prennent et à la fin,   ils viennent voir le comité pour leur verser le prix du stand», précise la promotrice.

Comme autre initiative, pour la première fois,  le FESTIGRILL accueille un pays invité. Et le choix du comité s’est porté sur le Cameroun. De 13 grilleurs à ses débuts, le festival en enregistre aujourd’hui environ 300. La promotrice déclare que  « tous les 300 grilleurs que vous allez trouver sur le site ont  des techniques de transformation différentes. C’est à vous de les découvrir ».

Entrée payante pour les deux derniers jours

La dernière particularité est que l’entrée de la Maison du peuple sera payante pour les deux derniers jours du FESTIGRILL.  Mariam Doumbia s’explique : « On essaie de voir comment on pourra tamiser pour permettre à ceux qui veulent rentrer pour encourager puissent rentrer et ceux qui ne veulent pas,  qu’ils restent dehors». La seconde raison est le coût élevé de la location de la Maison du peuple et l’augmentation des charges. « Il fallait le faire, pour faire face à ces différentes charges », appuie-t-elle.

Cette édition a été co-parrainée par le ministre de la femme, de la solidarité nationale et de la famille Hélène Marshall Ilboudo et celui de l’économie verte et du changement climatique, Nestor Batio Bassiere,  qui a été effectivement présent à la cérémonie d’ouverture.

 Il a donné une note positive aux innovations. « J’étais à FESTIGRILL pour la 7e édition, commente-t-il. Aujourd’hui, je suis présent à la 9e édition. Au regard de l’engouement, je peux dire merci à la promotrice parce que beaucoup de choses ont changé. On peut dire que  FESTIGRILL est devenu un label pour le Burkina Faso. Tous ceux qui travaillent autour (du festival) tirent des revenus». La cérémonie a été ponctuée aussi  par la remise de cadeaux à certaines partenaires.

Saly OUATTARA

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE