Burkina : Vers une labellisation du Faso Dan Fani

Dans le cadre du Salon international de l’artisanat de Ouagadougou (SIAO) édition 2018, le ministère du Commerce, de l’industrie et de l’artisanat en collaboration avec le Centre national de la Propriété Industrielle a organisé un atelier d’information et de sensibilisation au profit des artisans sur le thème : « Quels avantages à tirer de la propriété intellectuelle dans la promotion des produits artisanaux africains ». C’était ce vendredi 2 novembre 2018 à Ouagadougou.

La protection des œuvres est très peu connue au Burkina Faso. Avec le processus de la libéralisation du système commercial, la protection des œuvres est indispensable pour éviter l’imitation et la contrefaçon. C’est dans cette optique que le ministère en charge de l’artisanat en collaboration avec le Centre national de la Propriété Industrielle a organisé un atelier d’information et de sensibilisation au profit des artisans sur le thème : « Quels avantages à tirer de la propriété intellectuelle dans la promotion des produits artisanaux africains ».

L’objectif de l’atelier de ce vendredi 2 novembre 2018, vise à informer les acteurs de l’artisanat sur le rôle de la propriété intellectuelle dans la valorisation des produits qui en sont issus et à renforcer leurs capacités dans la protection des produits artisanaux à travers les instruments de la propriété intellectuelle.

« Quels avantages à tirer de la propriété intellectuelle dans la promotion des produits artisanaux africains »

Le Ministre en charge de l’artisanat, Harouna Kaboré, fait savoir que pour la protection des œuvres, les artisans et les organisations en charge de la promotion de l’artisanat peuvent utiliser les instruments de la propriété intellectuelle telle que les marques de certification, les marques collectives, les indications géographiques et le droit d’auteur.

Il a précisé que de nouvelles formes de protection intellectuelle applicable aux savoirs traditionnels et aux expressions culturelles traditionnelles sont en train d’être mises au point. Harouna Kaboré a annoncé le démarrage très prochainement du projet de labellisation de quatre produits phares du Burkina Faso que sont le Faso Dan Fani, le beurre de karité, les cuirs et peaux de Kaya et le chapeau de Saponé en collaboration avec l’Organisation Africaine de la Propriété intellectuelle.

Dr Issoufou Kaboré, directeur des marques et représentant l’Organisation africaine de la Propriété Intellectuelle (OAPI) à cet atelier, a salué l’initiative de l’implication de sa structure au SIAO. Pour lui, la protection des œuvres est un instrument de sauvegarde du savoir-faire des artisans africains.

« Cet atelier de sensibilisation à l’endroit des artisans vise à faire comprendre aux participants la notion de marques collectives, de marques de certification et les autres outils de propriété intellectuelle qui existent et qui entrent dans le cadre de la promotion de l’artisanat », a-t-il expliqué. Par ailleurs, il a pris l’exemple du Faso Dan Fani. « En protégeant ces dessins et modèle, cela  empêche en même temps la copie, la piraterie, la contrefaçon », a-t-il signifié.

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR