Le Ministère en charge du commerce a initié un contrôle spécial dénommé « contrôle rentrée scolaire »

Rentrée scolaire : Le ministère du commerce contrôle les prix des manuels

Le Ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat a initié un contrôle spécial dénommé « contrôle rentrée scolaire ». Cette opération vise à lutter contre la flambée des prix des articles et fournitures scolaires particulièrement dans le contexte de la rentrée scolaire. La cérémonie de lancement de cette opération s’est effectuée le lundi 1er octobre 2018 à Ouagadougou suivie d’une sortie de contrôle sur le terrain.

Les élèves et les étudiants ont repris le chemin de l’école ce lundi 1er octobre 2018. En marge de la rentrée scolaire et académique, le Ministère du commerce et de l’artisanat a initié une opération spéciale de contrôle des prix des articles et fournitures scolaires, lancée le 19 septembre 2018 dans les 13 régions au Burkina Faso.

Cette opération vise à contrôler les flambées des prix opérée par certains commerçants qui profitent de cette période de forte demande pour renchérir des prix des articles scolaires et écouler des produits de qualité douteuse. Il s’agit, entre autres, des livres, des cahiers, des sacs d’école, des stylos, des gourdes, des ardoises, la craie et les crayons.

Le Ministère en charge du commerce a initié un contrôle spécial dénommé « contrôle rentrée scolaire »

Le Ministère en charge du commerce a initié un contrôle spécial dénommé « contrôle rentrée scolaire »

Harouna Kaboré, ministre en charge du commerce, a fait savoir que la commercialisation des manuels scolaires est réglementée tout comme l’ensemble des produits de grandes consommations. A l’écouter, à la rentrée, il existe des commerçants qui ne respectent pas la réglementation au niveau des prix et des marges.

« Cette opération, c’est pour s’assurer du respect de la réglementation en matière économique sur toute l’étendue du territoire. Les contrôles concernent les acteurs, notamment les importateurs, les grossistes et les détaillants », a confié Harouna Kaboré.

Par ailleurs, il a invité les commerçants à respecter les marges des prix fixés par la réglementation en vigueur et à se départir des pratiques illicites en matière de commerce des produits de grandes consommations.

Sortie de contrôle sur le terrain

Idrissa Soudré est un détaillant de vente de fournitures scolaires non loin du grand marché de Ouagadougou. A la suite d’un contrôle de service du ministère en charge du commerce, il ressort une absence des factures d’achat. Il se défend que les grossistes refusent de délivrer des factures aux petits revendeurs et exigent l’achat d’une grande quantité avant la délivrance des documents. Le constat chez un grossiste en librairie papeterie a confirmé ses dires. Antoine Azard a affirmé que les factures ne sont émises sous prétexte de la forte influence. Mais il a invité les revendeurs à repasser pour récupérer les factures.

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR