Burkina : Le gouvernement veut de nouveaux pôles de croissance

« Accélérer la préparation des nouveaux pôles de croissance et de compétitivité pour une contribution efficace à la transformation structurelle de l’économie nationale ». C’est sous ce thème que s’est tenue la première session ordinaire de 2018 le vendredi 18 septembre. 

Lire aussi : Pôle de croissance : Un instrument de la mise en œuvre du PNDES

Faire l’état de mise en œuvre des résolutions et recommandations de la seconde session de  2017 du comité national de pilotage des pôles de croissance et faire le point sur la préparation des nouveaux pôles de croissance, tels étaient les objectifs de cette présente rencontre.

Paul Kaba Thiéba, le Premier Ministre, a présidé la session. Il a expliqué que les pôles de croissance s’articulent très bien avec la vision du gouvernement et du PNDES. 

Comité national de pilotage des pôles de croissance

Comité national de pilotage des pôles de croissance

Il s’agit des pôles de croissance du Sourou, de Samendeni, du Sahel, la création de zones économiques spéciales à Bobo-Dioulasso et à Ouagadougou, le développement de la grappe huilerie de Bobo et la technopole TIC de Ouagadougou. A cette rencontre de bilan et de perspectives, le chef du gouvernement a fait savoir que le chemin parcouru « est fort appréciable ».

« Le pôle de croissance de Bagré qui représente une phase pilote de notre politique de promotion des pôles de croissance a permis à ce jour de créer 244 unités économiques, soit environ 12,425 milliards de FCFA d’investissement. Le processus de préparation pour la mise en œuvre de nouveaux pôles de croissance est très avancé », a déclaré le Premier ministre.

Un pôle de croissance a en effet été identifié  dans la région de l’Est. En outre, une mise en place prochaine des zones économiques spéciales pour la ville de Ouagadougou dans la zone de Tanghin-Dassouri et sur la route de Yéguérosso à Bobo-Dioulasso pour soutenir l’activité industrielle est prévue.

Par ailleurs, Paul Kaba Thiéba a ajouté que de multiples projets qui sont à l’étape d’études ont été examinés. Il a affirmé qu’il reste convaincu que les recommandations, qui ont été prises lors de cette première session de 2018, permettront de réaliser des avancées significatives d’ici la prochaine rencontre.

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR