Entrepreneuriat féminin au Burkina : Embryonnaire et dominé par le commerce

187 total views, 10 views today

L’étude sur « l’état des lieux sur l’entrepreneuriat féminin » a été réalisée par la Chambre du commerce et de l’industrie du Burkina, a servi de document de base pour discuter de la promotion de l’entrepreneuriat féminin à l’occasion du forum sur l’innovation en faveur des femmes chefs d’entreprise tenu ce vendredi 14 septembre 2018 à Ouagadougou.

La restitution des conclusions de l’étude faite par Idrissa Kaboré, doctorant en économie industrielle, cadre au sein de la Chambre de commerce, sur l’état des lieux de l’entrepreneuriat féminin au Burkina et la perception des femmes chefs d’entreprise et de l’environnement des affaires, est un prétexte pour examiner les difficultés qu’elles rencontrent à travers un forum. 

Il ressort de cette étude que les femmes exercent généralement dans l’informel. Sur 100 entrepreneures formelles, moins de 10 sont des femmes. Le portrait-robot qui se dégage du top 100 des femmes chefs d’entreprise formelle présente des femmes en majorité instruites.  74% de ces entreprises sont dans le commerce, 9% dans  l’industrie et 17% pour les services.

5 principales activités se dégagent comme domaines de concentration des femmes du secteur privé dans le top 100. La pharmacie vient en premier avec 33 entreprises, les stations-service (22), le commerce général (7) et la restauration (5), la transformation agroalimentaire(4).

La répartition géographique de ces femmes chefs d’entreprise montre cependant une forte concentration des femmes dans la région du Centre à 79% et 17 % dans les Hauts-Bassins.

Difficultés

98% des femmes  sont convaincues que l’entreprenariat n’est pas un milieu réservé aux hommes. Toutefois, leur faible représentativité est expliquée par les contraintes sociales, l’environnement des affaires, l’insuffisance dans l’accompagnement, le manque d’information et le faible niveau d’instruction, entre autres.

Face à  ce constat, il y a nécessité d’agir. Deux panels sont aminés au forum à cet effet pour dégager le panorama des dispositifs nationaux et internationaux en faveur des initiatives entrepreneuriales des femmes et les mécanismes de financement innovants pour la promotion de l’entreprenariat féminin.

Les conclusions des discussions sont attendues par le gouvernement et devront  permettre de créer un centre d’accompagnement des femmes en entreprenariat afin de booster le secteur.

L’étude sur l’état des lieux a concerné trois catégorie de femmes entrepreneures : des promotrices d’entreprises,  des femmes en activité, des femmes qui ont une idée d’entreprises et qui ne sont pas arrivées jusqu’à présent à la concrétiser et le groupe des femmes qui ont mené une activité mais qui pour une raison ou une autre,  ont été obligées de fermer leurs entreprises.

Les recherches ont été non sans difficultés. Les rapporteurs ont aussi déploré la non disponibilité des données de localisation des entreprises, la difficulté de représentation, la méfiance à donner  les informations des entreprises, avant d’appeler les femmes à se mettre à jour et de s’approprier les nouvelles technologies de l’information.

Revelyn SOME

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR