Classement CPIA 2017 de la Banque mondiale : Le Burkina Faso dans le top 10

311 total views, 10 views today

La Banque Mondiale a présenté  son dernier rapport sur «l’évaluation des politiques et des institutions nationales » plus connue sous son acronyme anglais CPIA, ce mercredi 12 septembre 2018. Le Burkina est classé parmi les 10 premiers.

Le Burkina a obtenu un score de 3,6/6 et fait partie du top 10, notamment à la  6e place,  dans le classement à l’issue de « l’évaluation des politiques et des institutions nationales », plus connue sous son acronyme anglais CPIA. C’est un exercice annuel qui permet à la Banque mondiale de mesurer les progrès accomplis par les pays d’Afrique subsaharienne pour améliorer la qualité de leurs politiques et de leurs institutions.

Le CPIA Africa produit un rapport annuel qui décrit les progrès réalisés par les pays d’Afrique subsaharienne pour renforcer la qualité de leurs politiques et de leurs institutions. Les scores CPIA sont basés sur 16 indicateurs de développement dans quatre domaines: gestion économique, politiques structurelles, politiques d’inclusion sociale et d’équité et gestion et institutions du secteur public.

Les scores CPIA sont basés sur 16 indicateurs de développement dans quatre domaines

Les scores CPIA sont basés sur 16 indicateurs de développement dans quatre domaines

Les pays sont notés sur une échelle de 1 (faible) à 6 (élevé) pour chaque indicateur. Selon le rapport de 2017 présenté ce mercredi 12 septembre 2018 depuis Washington par Albert Zeufack, économiste en chef de la Banque mondiale pour la région l’Afrique, le score moyen pour les pays évalués est de 3,1/6.

Lire aussi : Performances des institutions nationales : Le Burkina parmi les trois premiers en Afrique subsaharienne

Pour l’Afrique subsaharienne la qualité des politiques et des institutions est restée inchangée par rapport au rapport précédent. Le Rwanda a de nouveau mené tous les pays de la région avec un score de 4,0/6, suivi de près par le Sénégal avec un score de 3,8/6, le Cap-Vert et le Kenya avec une note de  3,7/6.

Selon Albert Zeufack, le CPIA est un outil conçu pour accroître l’efficacité de l’aide au développement et des institutions. A l’écouter, pour bénéficier de l’augmentation de l’enveloppe des prêts que la Banque mondiale octroie aux pays, il est important pour chaque Etat d’augmenter son score CPIA.

Jules César KABORE

lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR