Commande publique en 2017 : Zoom sur la meilleure entreprise

Du 12 au 14 juillet 2018 à Bobo-Dioulasso, l’Autorité de régulation de la commande publique (ARCOP) a organisé la première édition des journées de la commande publique (JCP) sous le thème : « La commande publique, un levier stratégique dans l’atteinte des résultats  du Plan national de développement économique et social (PNDES) ». Au cours de la nuit de la commande publique, qui visait à récompenser les meilleurs acteurs, l’entreprise COGEA international SARL a remporté le premier prix de la meilleure entreprise en 2017. Ce mercredi 18 juillet 2018, une équipe de Burkina24 a rencontré l’entreprise pour vous.

Burkina24 (B24) : Lors de la première édition des journées de la commande publique du 12 au 14 juillet 2018, votre entreprise a été primée comme meilleure entreprise du Burkina Faso en 2017. Qu’est-ce qui a prévalu à votre sélection ?

Lamine Yaoliré (LY) : Je suis Lamine Yaoliré, Président directeur général de l’entreprise de Commerce Général et d’aménagement (CO.GE.A International) existant depuis 2006. COGEA International SARL évolue dans le domaine du bâtiment et travaux public (BTP), de l’énergie, de l’équipement, dans le secteur hydraulique.

Lire également👉JOURNÉES DE LA COMMANDE PUBLIQUE : LES MEILLEURS ACTEURS PRIMÉS À BOBO-DIOULASSO

Pour revenir au prix, je pense que c’est le fruit de notre travail. Sur le marché burkinabè, je peux dire que nous sommes parmi les meilleurs qui participent aux marchés publics et qui arrivent à décrocher le plus grand nombre de marchés. C’est tout simplement parce que nous présentons des dossiers d’appels d’offres de qualité. Egalement, nous avons un personnel qualifié dans chaque domaine. Nous avons des ingénieurs, des techniciens supérieurs et des spécialistes.

B24 : Comment avez-vous pris connaissance de ce concours des entreprises organisé par l’ARCOP ?

LY : J’ai vu l’avis de sélection sur les médias et dans la revue des marchés publics. Les critères concernaient, entre autres, le nombre de marchés obtenus en 2017 sur appel à concurrence, le nombre de marchés exécutés dans les délais et assortis de procès-verbaux de réception, le nombre de marchés résiliés aux torts exclusifs de l’entreprise en 2017  et être à jour des  obligations envers l’administration. En termes de nombre de marchés obtenus, je pense qu’on doit figurer parmi les premiers parce que l’on soumissionne beaucoup avec des dossiers bien étudiés.

B24 : En 2017, combien de marchés avez-vous postulés et obtenus sur appel à concurrence ?

LY : En 2017, ce sont environ 350 appels offres et on a obtenu 104 contrats. Sur les 104 contrats, nous avons des procès-verbaux signés,  65, et le reste chevauche entre deux ou trois années.

B24 : A la suite de l’obtention de ce premier prix de la meilleure entreprise au Burkina Faso pour l’année 2017, qu’est-ce qui va changer dans vos habitudes ?

La nuit de la commande publique

LY : Ce prix est une charge que l’on m’a confiée parce que pour obtenir un prix, il faut d’abord le mériter et être un exemple pour les autres. Il ne faudra pas que dans les jours à venir,  on apprenne que l’entreprise désignée meilleure a mal exécuté un contrat quelque part. C’est un sentiment de mieux faire et d’être un exemple pour les jeunes entrepreneurs débutants.

B24 : Dans le cadre de la journée des commandes publiques, une des recommandations est de faire l’évaluation des maîtrises d’ouvrages avant le renouvellement des agréments techniques. En tant qu’entrepreneur, que pensez-vous de cette proposition ?

LY : Cette recommandation sera la bienvenue. Présentement, on a des maîtrises d’ouvrages, si je peux le dire, qui ne sont pas conscientes de la tâche à faire sur le terrain.  On a appris dans la presse, des maîtrises d’ouvrage qui sont accusées d’escroquer les entreprises.

Au lieu d’aider les entreprises à réaliser les projets de l’Etat, ils prennent les fonds et font des placements dans les banques pour récolter les intérêts au détriment du financement des travaux octroyés à l’entreprise. Pour moi, il faut des gens conscients à même de conduire les projets étatiques.

B24 : Quelles sont vos perspectives à l’issue de l’obtention de ce trophée ?

YL : C’est de mieux faire pour multiplier le chiffre d’affaire de l’entreprise par deux et surtout de bien travailler pour encore rayonner au plan national et international. COGEA International est présente dans trois pays et on compte s’implanter dans d’autres pays encore.

Propos recueillis par Jules César KABORE

lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR