Coopération Burkina-Corée du Sud : Un centre de formation attendu à Ouagadougou

Le secteur 38 de l’arrondissement N°9 de Ouagadougou abritera le futur centre de formation Ilga Canaan, dédié à la formation des formateurs.

Dans 8 mois, sortira de terre un centre pour la formation des formateurs au secteur 38 de l’arrondissement N°9 de Ouagadougou. La cérémonie de lancement des travaux a eu lieu à travers la pose de la première pierre de Ilga Canaan, ce samedi 10 février 2018.

Le maire de l’arrondissement N°9, Albert Bamogo, a rappelé que c’est depuis quelques mois que le conseil municipal est en contact avec l’ONG Educators Wihtout Border (EWB). Il a précisé que c’est grâce à une relation d’amitié entre le Consul honoraire du Burkina Faso en Corée du Sud et Djibril Kanazoé, directeur général de KANAZOE-FRERES, qui se sont investis pour que le projet soit une réalité ce jour.

« Un centre de formation sous régional, c’est un ouf de soulagement. Je suis un maire comblé », a-t-il lancé. Ainsi, la construction de ce centre de formation des formateurs permettra de renforcer le capital humain à travers l’encadrement sur place des techniciens dans des modules variés tels que l’agriculture, l’hydraulique, l’élevage et l’entrepreneuriat.

La maquette du centre de formation Ilga Canaan

Clara Sawadogo, l’architecte chargée de la maîtrise d’ouvrage déléguée du centre, a expliqué que « nous avons choisi de construire en voûte nubienne, pour valoriser les matériaux naturels ». Elle a ajouté que ce sont des potentialités locales ignorées pour la population.

« Nous voulons à travers la réalisation de ce centre montrer que cela est possible et que nous pouvons aller de l’avant. Une architecture qui n’est plus destinée à la classe pauvre mais, qui peut présenter des enjeux formidables pour le développement du Burkina Faso », a-t-elle-renchéri.

L’infrastructure est constituée d’un bâtiment pour l’hébergement et une grande salle de réunion. La jeunesse burkinabè représente 85% de la population. Simon Compaoré, ministre d’Etat, présent à la cérémonie de la pose de la première pierre, a laissé entendre que cette initiative va permettre aux jeunes de pouvoir s’insérer dans la vie active et de répondre aux attentes du marché de l’emploi. Il a soumis un vœu que le délai des 8 mois pour la construction soit respecté. 

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR