Eau et assainissement : Echanges pour atteindre les objectifs de 2017

Le ministère en charge de l’eau et de l’assainissement organise une concertation avec les prestataires du secteur eau et assainissement du 18 au 19 septembre 2017 à Ouagadougou. Il s’agit d’une rencontre d’échanges dans le cadre de la mise en œuvre des marchés d’études et des travaux de l’année 2017 dudit ministère.

Le gouvernement du Burkina Faso a adopté le Plan national de développement économique et social (PNDES) en juillet 2016.  Le secteur de l’eau et de l’assainissement a été associé à travers de nombreux programmes. Notamment, le programme national d’approvisionnement en eau potable, programme national d’assainissement des eaux usées et excréta, etc.

Dans la mise en œuvre de ces programmes, le ministère en charge de l’eau et de l’assainissement au titre de 2017, a entrepris avec ses partenaires la réalisation d’études et de travaux dans le secteur, à travers un plan de passation de marchés. Cependant, des difficultés sont rencontrées par les différents acteurs dans l’exécution de ces études et travaux.

C’est dans ce cadre que le ministère organise une rencontre du 18 au 19 septembre 2017 avec les différents acteurs de mise en œuvre des travaux d’eau potable et assainissement ainsi que les prestataires chargés de la réalisation d’infrastructures de mobilisation de l’eau et d’aménagement hydro agricole.

Paul Kaba Thiéba, le Premier ministre

Cette rencontre vise à échanger sur l’état d’avancement des travaux, les difficultés rencontrées et d’envisager les éventuelles solutions pour une bonne passation de marchés.

La passation et l’exécution des marchés publics répondent à des règles et des normes. C’est pour éviter tout dysfonctionnement par les différents acteurs de la chaîne et  pour trouver des solutions à ces obstacles que le ministère  a initié cette rencontre.

En deux jours, les participants vont faire une évaluation de la mise en œuvre des marchés d’études et de travaux 2017 du ministère de l’eau et de l’assainissement. Egalement, la situation des passations des marchés d’études et de travaux 2017 du ministère sera passée en revue.

En 2017, le ministère en charge de l’eau a un objectif de réalisation de 2020 forages, de 50 447 latrines familiales, plus de 20 barrages à réhabiliter et une trentaine d’études à réaliser. A ce jour, le taux d’exécution est estimé à 42%.

Niouga Ambroisse Ouédraogo, le ministre en charge de l’eau

Comme explication, le ministre en charge de l’eau, Niouga Ambroisse Ouédraogo, a évoqué plusieurs facteurs. « L’année 2017 a été émaillée de beaucoup de problèmes. L’insécurité, les grèves ont eu un impact sur l’action gouvernementale.

Ce sont ces actions cumulées qui font que nous n’avons pas un taux satisfaisant », a-t-il expliqué.  Par contre, il a assuré que pour les trois mois restants, les travaux vont avancer pour l’atteinte des objectifs.

Le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, a laissé entendre que le secteur de l’eau et l’assainissement touche directement les conditions de vie des Burkinabè. Il a également rappelé que le Président du Faso « s’est engagé pour 2020, zéro corvée ». « J’ai dit aux prestataires, même s’il faut travailler nuits et jours,  il faut le faire. En 3 mois, on peut le faire. Je suis convaincu », a-t-il signifié.

Jules César KABORE
Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR