Burkina : Des organisations syndicales soutiennent le PNDES

Des organisations syndicales affirment leur soutien au Plan national de développement économique et social (PNDES) au Premier ministre Paul Kaba Thiéba. C’était ce lundi 3 avril 2017 à Ouagadougou.

Au Burkina Faso il existe 6 centrales syndicales et 17 syndicats autonomes. 5 sur 6 centrales syndicales et 13 organisations autonomes sur 17 ont réaffirmé leur soutien au Plan national de développement économique et social (PNDES). Ils l’ont exprimé au Premier ministre Paul Kaba Thiéba ce lundi 3 avril.

Ainsi, lors de la conférence de Paris, tenue les 7 et 8 décembre 2016, pour le financement du PNDES, les mêmes organisations syndicales avaient marqué leur soutien au PNDES. Paul Kaboré, porte-parole de la délégation, affirme qu’« après la déclaration, aujourd’hui on vient réaffirmer notre soutien au PNDES ».

Pour lui, c’est de voir « comment nous pouvons aider le gouvernement à aller de l’avant dans l’économie nationale pour le bien-être de la population« .

Paul Kaboré, porte-parole de la délégation

Les organisations syndicales ont proposé une plateforme contributive pour la mise en œuvre réussie du PNDES en trois axes. Il s’agit de reformer les institutions et moderniser l’administration, de développer le capital humain et de dynamiser les secteurs porteurs pour l’économie et les emplois.

On peut retenir, entre autres, le renforcement de l’indépendance de la justice, la lutte contre l’injustice sociale et la corruption, la prise en compte de l’indicateur de création d’emplois, la mise en place d’un mécanisme permettant une valorisation des salaires et indemnités,  mesure du bien-être social des Burkinabè.

Egalement, les syndicats demandent au gouvernement de revoir la loi 181 sur la sous-traitance afin d’éradiquer définitivement l’exploitation des travailleurs victimes des sociétés de placement et le renforcement de la formation professionnelle qualifiante. Aussi, la protection de l’économie et l’industrie nationale, l’organisation des filières de production avec la participation des acteurs afin de mieux valoriser la production dans le but d’en tirer la meilleure plus value.

Le Premier ministre, Paul Kaba Thièba, déclare que « nous allons examiner la plateforme avec un grand intérêt ». Il poursuit que « c’est une démarche qui nous réconforte, qui nous encourage et qui renforce notre confiance dans la capacité du peuple burkinabè de se retrouver dans les grands moments ».

Il précise qu’au delà de la défense des intérêts syndicaux, chaque fois qu’il est question de danger national et patriotique « les Burkinabè savent se retrouver ». Par ailleurs, les syndicats souhaitent leur implication dans les  structures de suivi du PNDES , notamment celles chargées de l’emploi.

Il faut noter que la délégation était composée des centrales syndicales du Burkina Faso comme la Confédération nationale des travailleurs du Burkina (CNTB), confédération syndicale Burkinabé (CSB), Force ouvrière-union nationale des syndicats (F0-UNS), organisation nationale des syndicats libres (ONSL), union syndicale des travailleurs du Burkina (USTB). Pour les syndicats autonomes, il y avait le SAIB, le SNEAB, le SNESS, le SYNTRAPOST, le SYNATIPB, le SYNATRAD, le SYSFMAB, l’UGMB et le SAMAB.

Jules César KABORE

lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR