SIFO : Un salon pour magnifier la femme

Le Salon international de la femme de Ouagadougou (SIFO) est une vitrine des talents féminins qui se tiendra du 4 au 7 mai 2017 à Ouagadougou, sous le thème « Femme actrice de développement ». Lesaffairesbf a rencontré une des membres du comité d’organisation, Marie Rosine Zagré, pour comprendre les objectifs recherchés à travers ce salon.

Burkina24 (B24) : Le mois de mars est dédié à la femme. Pourquoi avoir choisi le mois de mai pour un salon à l’honneur de la femme ?

Marie Rosine Zagré (MRZ) : Le SIFO est dédié aux femmes et aux jeunes filles et vise à donner à la femme, dignité, intégrité et fierté. C’est un cadre d’échange pour valoriser la place de la femme burkinabè en particulier et du monde entier. C’est vrai le mois de mars est le mois dédié à la femme. Mais au vu  de tous les événements qui concernent le 8-Mars, nous avons porté un intérêt pour nous faire entendre. Pour cela, nous avons choisi le mois de mai.

Au delà du folklore, la commémoration du 8-Mars  est sans nul doute une occasion de halte pour les femmes afin de réexaminer le rôle et la place de la femme dans la société d’aujourd’hui. Je pense que c’est dans la complémentarité et le respect de nos différences que nous contribuerons à bâtir des familles épanouies et une nation forte et prospère. Egalement pour moi, la journée de 8-Mars est une journée de réflexion pour une meilleure prise en charge de la femme vulnérable dans nos sociétés. Aussi elle est une journée de réflexion pour l’amélioration des conditions de vie de la femme.

B24 : Pourquoi un salon dédié uniquement à la femme ?

MRZ : Notre objectif c’est appuyer les activités économiques, sociales, culturelles et environnementales qui associent la participation des femmes.

B24 : Quelle est la particularité de ce salon ?

MRZ : Ce salon vise à mettre en exergue les talents féminins et la promotion de la femme en général. Le SIFO va consister à une exposition-vente des produits qui sont les fruits des talents des femmes issues d’origines diverses, de formation et professions diverses, etc.

Par ailleurs, le SIFO va servir d’un cadre d’échanges, de recherche de solution et l’identification des déterminants concernant la problématique d’entrepreneuriat féminin en général et de la promotion des talents en particulier. Egalement le salon prendra en compte toutes les femmes du secteur formel et informel. On vise aussi, le droit et l’autonomisation des femmes. Ainsi, le salon se déroulera au niveau du SIAO à Ouagadougou du 4 au 7 mai 2017.

B24 : Quelles sont les grandes lignes de ce salon ?

MRZ : Le SIFO a pour objectif général de mettre en lumière la promotion des talents féminins. Il est prévu des ateliers thématiques, des échanges, des expositions, des formations dans divers domaines et une cérémonie de récompense aux femmes les plus méritantes. Nous attendons plus de 500 femmes du Burkina, de la diaspora et d’autres pays du monde qui  prendront part au salon. Il faut noter que la Côte d’Ivoire est le pays invité d’honneur. Egalement c’est  environ 5 000 visiteuses attendues pour cette première édition.

Nous comptons mettre en relief le talent et l’innovation des femmes et le partage d’expériences. Durant les quatre jours, les participantes bénéficieront de conseil en matière de santé féminine, des soins esthétiques, de droit de la femme, de l’accès aux crédits, de dépistage gratuit du VIH/SIDA, du cancer du col de l’utérus et des seins.

B24 : Qui organise le SIFO ?

MRZ : Le SIFO a été initié par Yelli Céline Attié/Kam, juriste fiscaliste, et est appuyée par un comité d’organisation composé de 15 personnes.

B24 : Quels sont vos projets à l’endroit des femmes ?

MRZ : Promouvoir les activités féminines issues de tous les domaines, offrir des opportunités d’affaires, offrir des opportunités de formations dans divers domaines, créer un cadre d’échanges entre producteurs et consommateurs, offrir des opportunités de financements, tels sont entre autres nos projets pour les femmes. Dans le futur, nous comptons à long terme mettre en place une structure de micro finance qui va aider les femmes à avoir des prêts pour soutenir leurs activités pour réduire la pauvreté de la femme.

Propos recueillis par Jules César KABORE

Lesaffairesbf

 

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR