Burkina : Des commerçants et importateurs de poissons dénoncent une concurrence déloyale

Activité commerciale très lucrative, la vente du poisson est pratiquée au Burkina Faso depuis plus d’une quarantaine d’années. Le poisson est définitivement rentré dans les habitudes alimentaires des Burkinabè. Par contre les commerçants et importateurs du poisson du Burkina Faso dénoncent une concurrence déloyale dans le secteur. Ils ont tenu à montrer leurs mécontentements face à cette situation lors d’un point de presse organisé ce lundi 20 mars 2017 à Ouagadougou.

Le poisson est de plus en plus prisé par les Burkinabè. La demande est très grande et les commerçants et importateurs sont obligés de s’approvisionner sur le marché étranger afin d’éviter les ruptures de stocks. Les propriétaires de poissonnerie à Ouagadougou pensent que leur fournisseur joue depuis un certain temps au jeu de la concurrence déloyale.

C’est pourquoi, les acteurs du secteur de la poissonnerie à Ouagadougou  montent au créneau pour dénoncer cette pratique. C’est un regroupement de commerçants et importateurs de poissons qui ont animé ce point de presse ce lundi. Le syndicat dénonce une forme de concurrence déloyale entre la société HARD Sarl couramment appelée poissonnerie du grand marché et les autres commerçants du domaine.

Les commerçants et importateurs de poissons au Burkina Faso

« Cette entreprise joue avec la baisse des prix et dicte sa loi sur le marché » a affirmé le président du syndicat des importateurs de poissons, Abdrahamane Ouédraogo. Il déclare que ce 20 mars 2017 marque le début d’une lutte pour éradiquer définitivement cette concurrence déloyale. Pour eux, ils comptent dans les jours à venir organiser une série de protestation.

Ensuite, le syndicat estime que cette pratique était protégée par le régime de Compaoré afin de nuire aux autres commerçants dans le domaine de la poissonnerie. « François Compaoré et Chantal Compaoré sont actionnaires de cette entreprise», a-t-il déclaré. Il précise que la stratégie commerciale « est d’acheter le poisson au même prix que les autres commerçants, ensuite de le revendre à perte pour contraindre les autres à faire faillite afin d’être le maître dans ce domaine ».

Le syndicat saisit l’occasion pour interpeller les autorités du Burkina Faso à régler de façon définitive cette situation de concurrence déloyale.

Jules César KABORE

lesaffairesbf

Un commentaire

Repondre a l'Article

*

*

  • ALVIN
    27 mars 2017 at 10 h 58 min - Reply

    CE MONSIEUR EST UN DANGER POUR L’AVENIR DU SECTEUR DE LA VENTE POISSON AU BURKINA FASO. NON SEULEMENT IL REFUSE DE VENDRE SON POISSON AVEC DES COMMERÇANTS LÉGALEMENT CONSTITUE PARCE QUE N’ÉTANT PAS DANS SON CIRCUIT D’APPROVISIONNEMENT, MAIS AUSSI CE MONSIEUR ET SES SBIRE PLACéS DANS CERTAINES GRANDES VILLES DU BURKINA, CASSENT ET SABOTENT LES PRIX DE VENTES AU DÉTAILLE SUR LE MARCHE A SOUHAIT ET A VOLONTÉ.MÊME AVEC TON ARGENT, A BOBO-DSSO, PAR EXEMPLE MONSIEUR DIA REFUSE DE TE LIVRER. T’OBLIGEANT A T’APPROVISIONNER AUPRÈS DE TES CONCURRENTS DÉTAILLANTS QUI SONT DÉJÀ DANS LES CIRCUITS DE MONSIEUR DIA. QUE LE GOUVERNEMENT INTERVIENNE POUR METTRE DE L’ORDRE DANS LE COMMERCE DE CE TYPE LA.

  • ARTICLE POPULAIR