Burkina : Zoom sur la nouvelle technologie de sécurisation des factures

La facture normalisée est une nouvelle trouvaille de la direction générale des impôts pour sécuriser les factures. Il s’agit d’une technologie qui permettra de lutter contre le faux et la fraude dans l’économie au Burkina Faso. Elle a été lancée ce mardi 21 février 2017 à Ouagadougou.

Désormais les factures émises par les opérateurs économiques doivent comporter un sticker. Dans un premier temps, elle sera utilisée par les entreprises réalisant un chiffre d’affaires de plus de 50 millions de FCFA. Et la seconde phase suivra après dans la perspective 2018 appelée « phase de généralisation » qui touchera tous les autres segments du secteur économique.

Chaque entreprise devrait acheter les stickers à la DGI pour apposer sur ses factures. Cet instrument contient un numéro qui indexe l’entreprise détentrice. « Les entreprises vont continuer à éditer leurs factures et la seule différence c’est qu’elles vont apposer le sticker sur la facture. C’est par ce sticker qu’on authentifie la facture en assurant une traçabilité », a déclaré le chef de service de la gestion facture normalisée à la DGI, Auguste Okoko.

Egalement, le contribuable peut contrôler la facture que son partenaire économique lui délivre avec le numéro de série qui s’y trouve par plusieurs moyens. Cela peut se faire « à travers le site web de la DGI pour obtenir des informations concernant l’opérateur économique qui a délivré la facture. L’on peut également le faire avec un smartphone pour télécharger l’application de la DGI » a-t-il expliqué.

Pour la vérification du sticker à travers le smartphone, Auguste Okoko affirme qu’« il doit flasher le sticker apposé sur la facture qui donne les informations contenues dans le sticker qui vont ressortir sur son appareil ». Ainsi, le résultat affiché doit être en conformité avec les informations contenues dans la base de données du sticker et sur l’enseigne de la facture.

Clément Kaizer de l’entreprise PROOFTAG.

La mise en place de cette technologie a été possible grâce à la collaboration entre la DGI et l’entreprise française PROOFTAG. Clément Kaizer, au nom de l’entreprise PROOFTAG, a affirmé que « ce sticker est fiable ».  « Il y a des fibres visibles qui sont dispersées dans la pâte à papier.

Cette position des fibres constitue en quelque sorte comme une empreinte digitale de chaque sticker qui est unique et impossible à reproduire », a-t-il indiqué. Il a également précisé que même au sein de l’entreprise PROOFTAG, « nous sommes  dans l’impossibilité de reproduire deux fois le même sticker ».


Lire aussi : Fiscalité au Burkina : Veuillez accueillir la facture normalisée !


Jules César KABORE avec Noufou KINDO

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR