Fraudes aux élections consulaires : Trois personnes aux arrêts

La question de fraude liée aux élections consulaires était au menu d’une conférence de presse animée par le commissaire principal de police Irnou Kambiré. Saisis pour raison de « fausses procurations », qui incriminait un policier « commis pour la certification d’actes », ses hommes ont mené des investigations qui ont abouti à l’interpellation et la mise en garde à vue de 3 individus.

Suite aux investigations menées, 10 procurations sur un total de 345 ont été jugées « irrégulières » du fait de la qualité des signataires, a déclaré le commissaire central de la ville de Ouagadougou. Ces 10 procurations ont été utilisées  pour le vote des sous catégories que sont le petit commerce (04), l’informatique (03), les petites entreprises du BTP (02) et  le commerce demi-gros (01). Ces dix voix représentent 0,1% des suffrages exprimés.

Pour l’heure, ce sont 03 personnes qui sont toujours gardées en vue. Elles détenaient par devers elles un lot de « faux » cachets et initiales au nom d’un  officier de police. Mais au départ,  elles étaient 10 à se retrouver aux arrêts. A l’issue des interrogatoires, 7 personnes ont été relâchées.

Les animateurs de la conférence de presse de presse avec au milieu le Commissaire principal Irnou Kambiré. © Burkina24

Les animateurs de la conférence de presse de presse avec au milieu le Commissaire principal Irnou Kambiré. © Burkina24

Pour lever le doute qui persiste quant à l’implication de l’officier de police dont le nom figure sur les procurations incriminées, le commissaire Kambiré explique: «  A la lumière des investigations, nous nous sommes rendus compte que les auteurs présumés se sont servis de faux cachets portant ses initiales et du commissariat dont il relaie. Ce qui justifie que les gens ont pensé que c’est l’officier qui est à la base de ces fausses opérations ».

Une précision donnée par le commissaire est qu’il y a eu 72 bulletins nuls. En attendant, les individus incriminés attendent d’être présentés devant le procureur du Faso près le tribunal de grande instance de Ouagadougou pour répondre de « faux et usage de faux, usage de sceaux irréguliers de l’Etat ». Quant à l’incidence de ces 10 voix frauduleuses, qui représentent 0,1% des suffrages exprimés (9 452),  sur la crédibilité du scrutin à la chambre de commerce, la police a indiqué n’être pas habilitée à en juger.

Oui KOETA

Burkina24

L'actualité du Burkina 24h/24.
Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*