Elections consulaires : Le GAPEC dénonce des cas de fraude

Ce dimanche 20 novembre 2016, le Groupement des acteurs de petits commerces (GAPEC) a organisé un point de presse à Ouagadougou. L’association dénonce des irrégularités dans le processus électoral à la Chambre de commerce.

Le mercredi 16 novembre 2016, la commission d’organisation des élections consulaires a procédé à la publication des résultats provisoires. Selon Bernard Zougouri, président de cette commission, des cas d’irrégularités ont été constatés au niveau des procurations la commission avait «également saisi les services compétents pour diligenter les enquêtes nécessaires ».

Le Groupement des acteurs de petits commerces (GAPEC) a tenu un point de presse ce 20 novembre 2016 pour dénoncer ces irrégularités constatées lors du scrutin. C’était à travers des déclarations et des sit-in que le GAPEC avait dénoncé, avant la tenue des élections consulaires, des risques qui pourraient entacher  la crédibilité du processus électoral.

« Nous avions interpellé les plus hautes autorités sur les basses manœuvres orchestrées à divers niveaux pour favoriser certains candidats au détriment des règles de transparence et d’équité. La proclamation des résultats démontre l’intention d’imposer certaines personnes à la tête de la Chambre de commerce et d’en écarter d’autres », déclare Soumaila Zongo, coordonnateur du GAPEC.

Pour lui, les résultats des élections consulaires sont entachés par un discrédit abondant vu les actes frauduleux. « Nous pouvons nous référer aux fausses procurations qui ont permis à des individus d’opérer des votes multiples dans divers bureaux de vote»,  a-t-il ajouté.

Selon le site kamanews.net, dix personnes seraient dans les filets de la police pour avoir utilisé des fausses procurations lors du scrutin le 13 novembre passé. Pour le GAPEC, les fraudes constatées « nous obligent en tant que petits commerçants d’exiger toute la lumière au risque de ne pas reconnaitre la Chambre consulaire et le bureau« .

Soumaila Zongo, coordonnateur du GAPEC

Soumaila Zongo, coordonnateur du GAPEC

Le groupement affirme avoir déposé des recours en justice. Par ailleurs, le GAPEC exige l’ouverture d’une enquête judiciaire sur le cas de la procuration signée par un  officier de police. Selon eux, ce dernier dit ne pas reconnaitre avoir signé une procuration.

L’association de petits commerçants exige également, le témoignage de Amélie Tamboura, ex directrice de la LONAB et membre du comité d’organisation des élections consulaires.

Pour eux, le jour du scrutin, cette dernière aurait sillonné les différents bureaux de vote pour faire cas de l’existence de procurations frauduleuses sans pour autant prendre des dispositions pour l’interruption du processus.

Le GAPEC estime inadmissible d’installer un bureau consulaire sans au préalable  faire la lumière  sur les cas de fraudes avérées.

Jules César KABORE

Lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR