Chambre de commerce : Les électeurs aux urnes

Les élections consulaires se déroulent ce 13 novembre 2016 sur toute l’étendue du territoire burkinabè. Plus de 11 000 électeurs sont attendus dans les bureaux de vote, ouverts de 6h00 à 18h00, pour élire leurs représentants à la Chambre de commerce et d’industrie, première institution de promotion du secteur privé au Burkina Faso.

Rappelons de prime abord que suite à l’insurrection populaire d’octobre 2014, la gouvernance de l’Assemblée consulaire de la Chambre de commerce et d’industrie, avait été décriée. Le gouvernement avait alors décidé de dissoudre cette assemblée, et de mettre en place une délégation spéciale.

Cette équipe a enregistré à son actif des innovations au nombre desquelles, l’augmentation du nombre des élus de 123 à 151, la limitation d’âge pour prétendre au poste de président de la CCI-BF, ainsi que la limitation du nombre de mandat à deux.

Alice Kabré, commerçante

Alice Kabré, commerçante

Ce 13 novembre, jour des élections, les acteurs économiques se sont rendus aux urnes pour choisir leurs élus consulaires. Ils sont « précisément 11 545 électeurs, répartis en commerce, en service et industrie », selon Stéphane Sanou, ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, qui devront élire 151 candidats. Ce dernier a effectué une tournée dans certains bureaux de vote à Ouagadougou, et poursuivra la tournée à Bobo-Dioulasso en cette journée électorale.

Revenant sur les contestations sur les conditions d’organisation formulées par certaines associations de commerçants, le ministre a relevé l’importance de la concertation qui a prévalu tout au long du processus électoral. « Il fallait aller sur une base minimum, et c’est ce qui a été fait. Depuis qu’on a pris les rênes de la chose, on a eu à rencontrer beaucoup d’associations de ces opérateurs économiques. On s’est mis d’accord sur au moins un minimum sur lequel il faudrait se tabler et puis aller à ces élections. Cela a été accepté par tous », a-t-il souligné.

Koanda Saibou, président national du Syndicat des libraires et assimilés

Koanda Saibou, président national du Syndicat des libraires et assimilés

Ce dénouement électoral a été salué par Koanda Saibou, président national du Syndicat des libraires et assimilés. Selon lui, quelle que soit la légitimité des protestations, il était nécessaire que les élections se tiennent : « Aujourd’hui moi je suis fier. Les gens voulaient qu’on ne parte pas aux élections parce que les textes n’étaient pas parfaits, mais comme aucune œuvre humaine n’est parfaite et la délégation spéciale a duré deux ans, nous avons accompagné ce processus ».

Ce même avis est partagé par Alice Kabré, commerçante, pour qui « les élections permettent à tout un chacun de pouvoir choisir, sans cela on travaille dans l’anarchie ».

Pour les résultats, ils devraient être disponibles dans une semaine. Des recours pourront être introduits en justice, en cas de contestation.

« Après ces votes, il y aura les résultats provisoires, et on laissera 72  heures aux gens pour faire les recours et encore un petit temps à la justice pour traiter les dossiers, et dans une semaine normalement on aura les résultats définitifs. Et ces élus consulaires qu’on aura, au nombre de 151, se rencontreront pour élire leur assemblée », a précisé le ministre.

Issouf NASSA et Jules César KABORE

Lesaffairebf

 

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR