Pôle de croissance du Sahel: les acteurs s’accordent et s’engagent

Les différents acteurs qui pourraient intervenir dans la mise en œuvre du Pôle de croissance du Sahel ont trouvé un terrain d’entente à Dori, à l’issue des assises nationales closes ce 25 juillet 2014. Les participants ont formulé des recommandations afin que le projet s’enclenche sans anicroche, en juin 2015.

 

Après deux jours de discussions en plénière et en commissions, les participants aux assises nationales sur le Pôle de croissance du Sahel tenues à Dori, du 24 au 25 juillet 2014, partagent la vision du projet, qui sera financé par la Banque mondiale.

Ils se sont donc engagés, selon une résolution lue à la fin des travaux ce vendredi (une minute de silence a été observée en mémoire des victimes du crash de l’avion d’Air Algérie), à « soutenir activement la préparation de la mise en œuvre du projet » et à accompagner « la conception et le développement du pôle de croissance ».

Les participants ont toutefois formulé des recommandations. Il s’agit d’abord, à l’égard des acteurs de développement, de promouvoir la concertation et la cohérence dans leurs interventions.

A l’endroit du Conseil régional et du gouvernement, il a été recommandé d’actualiser le schéma régional d’aménagement du territoire et d’harmoniser les plans communal et régional de développement.

Un appel a également été lancé à l’endroit des sociétés minières installées dans la région du Sahel à soutenir la construction du Pôle de croissance. Enfin, la protection de l’environnement et le soutien aux autres secteurs de développement tiennent à cœur aux participants.

D’un point de vue pratique, les assises ont proposé que la mise en œuvre du projet entraîne la construction d’infrastructures routières, notamment l’amélioration du réseau routier du Sahel (Dori-Djibo, Dori-Gorom-Markoye, Dori-Falangoutou, Dori-Sampelga-Sebba) et des pistes à bétail. Les coopératives laitières, les magasins de stockage, une fabrique d’aliments pour bétail, devraient également connaître une amélioration, proposent les participants.

Au niveau de l’élevage, la modernisation du commerce de bétail (notamment le bétail et les produits animaux) et des infrastructures pour l’abattage, la conservation et le transport sont également suggérées.On peut noter aussi qu’une importance sera accordée à l’amélioration de l’accès à l’eau, à travers la réhabilitation des systèmes de retenues d’eau et de barrage et l’aménagement des mares du Sahel.

Les participants ont fait des suggestions dans le sens de créer un environnement favorable au développement des entreprises.

Le ministre de l’économie et du commerce, Lucien Marie Noël Bembamba, à l’occasion de la clôture, que les propositions seront soumises au gouvernement.

Un séminaire gouvernemental est d’ailleurs prévu en septembre prochain à Dori afin d’examiner ces propositions et de définir une feuille de route définitive.

Mais dores et déjà, pour le ministre Bembamba, « le Sahel dispose désormais de son pôle de croissance » et il sera lancé, en principe, en juin 2015.

Abdou ZOURE
Burkina 24
Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR