Syndicats du trésor : L’unité retrouvée

Le Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB) et le Syndicat national des agents du trésor du Burkina (SYNATB) ont tenu un congrès extraordinaire unitaire les 29 et 30 juillet 2016 sous le thème : « Réunification des syndicats du trésor : quels défis pour la défense des intérêts des travailleurs ? ».

A la clôture du congrès,  les nouveaux responsables ont rappelé les décisions qui ont été prises. Il ressort des conclusions que le principal acquis est l’union entre les deux syndicats du trésor.

En effet, jusqu’à ce congrès, il existait deux syndicats au sein du trésor : le Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina (SATB) et le Syndicat national des agents du trésor du Burkina (SYNATB). L’unité est donc retrouvée. « Ce congrès a scellé l’unité des organisations syndicales du trésor et donc désormais au trésor il n’y a qu’une seule organisation répondant au nom des travailleurs qui est le Syndicat autonome des agents du trésor du Burkina », a déclaré Séni Kouanda, Secrétaire général du Syndicat autonome des agents du trésor.

Séni Kouanda, Secrétaire général du Syndicat autonomes des agents du trésor

Séni Kouanda, Secrétaire général du Syndicat autonome des agents du trésor

Le syndicat entend maintenant orienter son action vers la dynamisation et la mobilisation des travailleurs autour des préoccupations qu’ils connaissent au quotidien. La plate-forme revendicative a été réactualisée, selon Séni Kouanda, qui cite avant tout l’amélioration des conditions de vie et de travail : « Nous avons pensé d’abord à la meilleure administration des services, c’est-à-dire les meilleures conditions de vie et de travail des agents du trésor. Nous avons aménagé dans de nouveaux locaux, mais les conditions ne sont pas acceptables ».

Ensuite, « nous avons également la question des moyens financiers qui manquent dans le service ».

Et comme il n’y a plus qu’un seul syndicat pour défendre les intérêts des travailleurs, le Secrétaire général estime que les autorités auront moins d’échappatoire : « l’administration se cachait derrière l’existence de ces deux organisations pour peut-être refuser un certain nombre d’acquis aux travailleurs. Aujourd’hui nous sommes bien placés et l’administration aujourd’hui ne peut plus utiliser le prétexte de la division ».

Au total, le bureau du syndicat unifié compte 12 membres, élus pour un mandat d’un an.

Lesaffaires.bf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR