Agriculture : Comment amener les producteurs à adopter les semences améliorées ?

Hamzata Kankouan a soutenu ce 11 juillet 2016 son mémoire de DEA en Economie et politique agricole (EPA) à l’Université Ouaga II. Pour identifier les déterminants de l’adoption des semences améliorées de maïs au Burkina Faso, l’impétrante a dû prendre en compte 662 producteurs.

 « Les facteurs déterminant l’adoption des semences améliorées de maïs au Burkina Faso » a été le thème de la soutenance. Le choix du maïs tient en ce que cette céréale est la plus cultivée au Burkina Faso après le mil et le sorgho. Aussi, pour améliorer les rendements, l’Institut de l’environnement et de recherche agricole (INERA) a-t-il diffusé de nouvelles variétés de maïs. Mais à ce jour, le taux d’adoption est de 8,07%, donc très faible.

C’est alors que la problématique des déterminants de l’adoption des semences améliorées de maïs a été posée. Une méthode économétrique Logit a été utilisée.

Hamzata KANKOUAN, entourée des membres du jury © Burkina24

Hamzata KANKOUAN, entourée des membres du jury © Burkina24

L’étude a considéré un échantillon de 662 producteurs dans quatre régions. A l’analyse, il apparaît que l’âge du chef de ménage, le niveau d’éducation primaire, la taille du ménage, l’utilisation d’herbicide et de semences améliorées d’autres cultures influencent significativement l’adoption des semences améliorées de maïs.

Par contre, les variables comme le sexe du chef de ménage, les services de vulgarisation, les activités génératrices de revenu n’ont pas un impact significatif.

Afin d’accroître la productivité de maïs, l’étude a fait des suggestions au gouvernement. Ainsi, l’éducation permettra de renforcer les capacités des producteurs. L’Etat gagnerait également à promouvoir un système formel de production et de distribution de semences améliorées de maïs et à accroitre la gamme de semences disponibles.

En outre, des programmes de sensibilisation seront utiles à l’endroit des jeunes et des plus vieux, mais aussi à l’endroit de producteurs réfractaires. Hamzata Kankouan a enfin suggéré la vente d’un paquet technologique composé d’herbicides et de semences améliorées.

Après avoir délibéré, le jury présidé par le Professeur Kimseyinga Savadogo a salué la qualité du travail avec la note de 17/20.

Issouf NASSA

Lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR