AG des sociétés d’Etat : une embellie tributaire à la chute du cours du pétrole

La 24e session de l’Assemblée générale des sociétés d’Etat s’est ouverte ce 23 juin 2016 à Ouagadougou sous la présidence du Premier ministre Paul Kaba Thiéba. Un résultat net bénéficiaire de 82,452 milliards de F CFA a été enregistré au cours de l’exercice 2015, malgré le déficit de huit sociétés sur les 21 à rendre compte.

Les sociétés d’Etat sont au nombre de 23, dont la Société de production de poussins d’un jour (SOPROP) et la Société de participation minière du Burkina FASO (SOPAMIB) qui ont été respectivement créées en 2014 et en 2013. Ces deux dernières, ne disposant toujours pas de leurs organes de gestion et d’administration, ne sont pas concernées par la reddition des comptes.

Ce sont donc les 21 autres qui doivent présenter leurs comptes lors de cette 24e session qui se tient les 23 et 24 juin 2016. Seront examinés les états financiers de l’exercice clos au 31 décembre 2016.

Mais d’ores et déjà, un bilan global a été dégagé. Le Premier ministre Paul Kaba Thiéba a révélé que huit sociétés sont déficitaires sur les 21. « Ce déficit s’élève à 19,239 milliards contre 11,753 milliards de F CFA en 2014», a-t-il précisé. Les treize autres sociétés ont réalisé un bénéfice net de 101,691 de F CFA.

«En intégrant le déficit, le résultat net de l’ensemble de nos sociétés est de 82,452 milliards en 2015 contre 62,092 milliards de F CFA en 2014, soit une hausse de 32,79%». La hausse s’explique par l’amélioration des résultats de la CNSS et de la SONABHY (suite à la baisse du cours du pétrole).

Parlant des ressources humaines, le Premier ministre a salué un «climat serein dans l’ensemble». L’effectif des agents a connu une hausse de 426 agents, passant de 6 555 en 2014 à 6 981.

Aussi les conseils d’administration ont-il été interpellé, quant à l’application du code de bonnes pratiques de gouvernance des sociétés d’Etat. «Le document a été largement diffusé et les acteurs impliqués dans sa mise en œuvre ont été formés et sensibilisés. Par conséquent, j’invite toutes les parties à s’en approprier et le Haut comité chargé du suivi de son application  à rendre compte de l’état de sa mise en œuvre», a insisté le Premier ministre.

Il a enfin souhaité que certaines recommandations issues de la dernière session de l’Assemblée générale et qui n’ont pas encore été mises en œuvre, le soient le plutôt possible. Ce sont notamment, l’élaboration d’une cartographie des risques par chaque société et la prise en compte de la spécificité des sociétés dans les procédures de passation des marchés.

Issouf NASSA

lesaffairesbf.com

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR