Crise migratoire : le G7 envisage accroître l’aide publique au développement

Les dirigeants des pays du G7 se sont engagés à l’issue du sommet de Japon à augmenter l’aide mondiale pour résorber la crise migratoire de plus en plus grande vers le continent européen.

Il s’agit pour les pays du groupe des pays les plus développés d’augmenter leurs soutiens au pays en voie de développement en revoyant à la hausse les financements destinés surtout aux pays touchés par la crise des réfugiés.

La déclaration finale issue du sommet de Japon affirme que «le G7 reconnaît que les mouvements à grande échelle de migrants et de réfugiés représentent un défi mondial qui appelle une réponse mondiale».

C’est pour cette raison que des engagements forts doivent être pris par les dirigeants des sept pays industrialisés : «Nous nous engageons à augmenter l’aide mondiale pour répondre aux besoins immédiats et à long terme des réfugiés et des autres personnes déplacées ainsi qu’à ceux des communautés hôtes».

Le G7 (États-Unis, Japon, Allemagne, Grande-Bretagne, France, Italie et Canada) fait référence à l’objectif international de consacrer 0,7 % du RNB à des dépenses de solidarité internationale.

Pourtant, au cours de l’année 2015, seule la Grande-Bretagne a effectivement respecté cet engagement des 0,7 % à solidarité internationale, qui arrivait à échéance en 2015. Les autres pays du G7 affichent quant à eux des niveaux de dépense variables.

Stéphane Bourgou

Lesaffairesbf.com

Source : cta.int

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR