Aménagements sur la route nationale 4 : les riverains mis au parfum

Des travaux d’aménagement de la section urbaine de la RN4 allant du croisement de la RN4/RN3 à l’échangeur de l’est à Ouagadougou ont débuté depuis le 3 mai 2016. Pour tenir les populations informées des changements qui pourraient intervenir dans le trafic, le Ministère des Infrastructures et l’entreprise chargée de sa mise en œuvre ont organisé une rencontre d’échanges avec les riverains, le 20 mai 2016 à la Direction Générale des Infrastructures Routières (DGIR).

L’aménagement concerne le tronçon de la RN4 compris entre son intersection avec l’avenue de la Liberté et l’échangeur de l’est. Le projet inclut l’aménagement des contre-allées qui commencent de l’échangeur de l’est jusqu’au canal de Goudrin.

Lancé sous la Transition, ce projet vise essentiellement  à décongestionner le trafic dans la ville par l’amélioration de la mobilité des personnes et le renforcement de la sécurité routière.

La rencontre d’échange avec les riverains est destinée a porté à leur connaissance le début des travaux, et les conséquences qu’ils vont impliquer. Selon Vincent de Paul Dabiré, Directeur général des infrastructures routières au ministère des infrastructures l’objectif est d’« informer les populations riveraines qui sont composées d’administrations, de privés pour le démarrage de travaux de la route de la section urbaine, la route nationale 4 qui va de l’échangeur, route de Fada jusqu’au croisement de l’avenue de la Liberté et qui passe devant l’hôpital, la MACO

Il est prévu en outre la construction d’un mini-échangeur au carrefour situé à l’intersection du projet avec la RN3, la construction de passerelles piétonnes au niveau du CHU Yalgado Ouédraogo et la gare de l’est.

Le projet a été confié à la société COGEB. Son Directeur technique et d’exploitation Luc Frache, rassure qu’il n’y aura pas de modification notable dans le quotidien des riverains : « Globalement le trafic ne va pas changer. On va simplement à travers quelques déviations alléger le trafic au droit de la nationale qui existe aujourd’hui pour permettre à l’entreprise d’effectuer les travaux ».

Luc Frage, Directeur technique et d’exploitation de COGEB

Luc Frache, Directeur technique et d’exploitation de COGEB

D’un délai d’exécution de 18 mois, le montant des travaux s’élèvent à plus de 24 milliard de F CFA. « Le coût est autour de 24 milliards 500 millions, toutes taxes comprises et financé par la BOAD et le budget de l’Etat », a précisé Vincent de Paul Dabiré.

Issouf NASSA

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR