Côte d’Ivoire: les entreprises japonaises à l’assaut d’importants projets d’infrastructures

Abidjan, la capitale économique ivoirienne a abrité le 03 mai dernier, une conférence du secteur public-privé sur les infrastructures de pointe. Les organisateurs, les gouvernements ivoirien et japonais avec l’appui de l’organisation du commerce extérieur du Japon (Jetro), ont fait de cette rencontre une plate-forme réunissant de hautes autorités publiques et 18 entreprises japonaises dont Mitsubishi Corp, Toyota Tsusho Corp, Komatsu Ltd, Sumitomo Corp, Mitsui & Co Ltd, Toyo Construction Co, Toshiba Ltd, etc, Shimizu Corp, etc.

Le chef de la délégation japonaise, M. Yasuki Kaibori, Ministre adjoint de l’Aménagement, des Infrastructures, des Transports et du Tourisme du Japon, a estimé que « la longue expérience, le savoir-faire et la technologie de pointe dont jouit le Japon dans le domaine de l’aménagement des infrastructures pourraient contribuer de manière significative au développement de ce pays en marche vers l’émergence ».

Au menu, plusieurs projets d’infrastructures d’une valeur de plus de 44 milliards de dollars. Il s’agit de porter la capacité installée en électricité de 2000 MW à ce jour à 4000 MW en 2020 pour un investissement de 20 milliards $ ; l’entretien et de la réhabilitation du réseau routier et de son financement estimé à 2,34 milliards $ ; la construction de terminaux céréaliers et minéraliers au port d’Abidjan pour des coûts respectifs de 68 et de 127 millions $ ; le projet de construction d’une cité aéroportuaire (aérocité) d’un coût estimé de 2 milliards $ ; la seconde ligne du métro d’Abidjan d’un coût estimé de 338,2 millions $ ; sans oublier le réseau de fibre optique qui doit être porté de 2000 km actuellement à 7000 km pour fin 2017.

17 grands projets intégrateurs, c’est-à-dire, d’envergure sous-régional, d’un coût global de 11 000 milliards de FCFA (22 milliards de dollars $) ont été évoqués. Ceux-ci concernent notamment l’autoroute Yamoussoukro – Ouagadougou ; l’autoroute Abidjan – Lagos ; la boucle ferroviaire Abidjan-Ouagadougou-Niamey-Cotonou ; et le port sec de Ferkessédougou.

« La réponse appropriée à nos besoins de financement repose à la fois sur notre capacité à accéder aux mécanismes de financements innovants tels que les PPP », a estimé le Premier ministre ivoirien Daniel Kablan Duncan. Le chef du gouvernement ivoirien a également révélé que les appuis financiers du Japon à la Côte d’Ivoire s’évaluent à 237,3 milliards de FCFA (474 millions $), de 2010 à fin 2015. La Côte d’Ivoire a par ailleurs, bénéficié en 2013 de l’annulation de sa dette vis-à-vis de ce pays à hauteur de 200 millions de dollars soit environ 110 milliards de FCFA.

Les échanges commerciaux entre les deux pays a connu une hausse de 49% en 5 ans avec 89,15 milliards de Fcfa (160 millions $) en 2010 à 132,6 milliards de Fcfa en 2015 (210 millions $).

Kouamé L.-Ph. Arnaud KOUAKOU

Lesaffairesbf.com

Source: Agence Ecofin

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*