Importation et exportation : SYLVIE pour réduire coûts et formalités

La mise en service officiel de la plateforme du Système de liaison virtuelle pour les opérations d’importation et d’exportation (SYLVIE) a eu lieu le 16 février 2016. Toutefois, bien qu’une période de grâce soit accordée avant son entrée en vigueur effective, certains commerçants ont déjà levé le ton pour le dénoncer. La Direction générale des impôts a éclairci certains points ce 31 mars 2016.

SYLVIE est une plateforme électronique qui permet d’interconnecter les structures publiques et privées qui délivrent des documents exigés pour le dédouanement des marchandises.

Tenants de SYLVIE. En tant que projet, il a vu le jour en 2011, après un classement défavorable du Burkina Faso dans le rapport « Doing business ». L’indicateur « commerce transfrontalier » de ce rapport était entaché de contre-performance qui trouvait sa justification aussi bien dans le nombre important de documents nécessaires au dédouanement, que dans leur coût très élevé.

Ce nouveau système vient donc apporter des solutions en termes de simplification et de réduction des délais et des coûts des formalités de pré-dédouanement des marchandises.

SYLVIE devrait améliorer le climat des affaires au Burkina Faso

SYLVIE devrait améliorer le climat des affaires au Burkina Faso

Moratoire de trois mois. C’est à compter du 1er février qu’une période moratoire de trois mois a commencé à courir. Pendant ce temps donc, les documents SYLVIE requis pour les formalités de pré-dédouanement sont délivrés gratuitement. De surcroit, les documents manuels sont toujours admis par les services de douane.

Mais déjà, si certains commerçants décrient ce système, il rencontre un écho favorable auprès de certains entrepreneurs, selon le Directeur général des douanes, Adama Sawadogo : « Le groupement professionnel des industriels du Burkina, toutes unités industrielles confondues, a sorti une déclaration pour dire qu’il soutenait fermement ces mesures ».

Si récemment certains produits ont connu une hausse de prix, cela ne peut être attribuable à SYLVIE pour la simple raison qu’elle n’est pas encore obligatoire. « Pour un système qui n’est pas encore obligatoire, nous sommes surpris que les gens anticipent pour dire qu’ils ne veulent pas de SYLVIE, que ce système a augmenté les prix », s’étonne le Directeur général de la douane.

Daouda Garané, DG de la SOGESY

Daouda Garané, DG de la SOGESY

Les avantages du système. C’est à la Société de gestion de la plateforme Sylvie (SOGESY) qu’il a été confié la gestion du projet. Son Directeur général, Daoudou  Garané a expliqué qu’un tel système vient à point nommé car ce sont toutes les opérations d’importation et d’exportation qui s’en trouveront améliorées : « Les avantages, c’est la réduction des délais d’abord au niveau des collectes des documents. On va passer de 21 jours à 3 jours pour pouvoir collecter l’ensemble des documents. L’autre avantage, c’est la réduction des coûts. Il y a également des avantages en termes de transparence et en termes d’amélioration des recouvrements des taxes douanières. »

Par ailleurs, le SYLVIE devrait améliorer le climat des affaires au Burkina Faso et par ordre de conséquence, assurer un meilleur rang dans le classement « Doing business », a renchéri le Directeur général de la douane.

Issouf NASSA

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR