Difficultés d’écoulement du sucre de la SN-SOSUCO : Le gouvernement prend des mesures

La question d’écoulement du sucre de la  Société Nouvelle/Société Sucrière de la Comoé (SN/SOSUCO) est récurrente. Face à la situation, le Gouvernement de la Transition a pris un certain nombre de mesures, pour à la fois protéger l’unité industrielle, mais aussi le consommateur.

Depuis le début de la campagne sucrière 2014/2015 des difficultés d’écoulement de la production locale de sucre se posent. La production de la SN/SOSUCO ne  représente pourtant que 25% du marché national, soit en moyenne 30 000 tonnes sur une consommation nationale estimée à 120 000 tonnes par an.

Pour réguler le marché de sucre, il est apparu nécessaire de procéder à  la délivrance d’Autorisation spéciale d’importation (ASI) à l’effet d’éviter toute pénurie sur le marché et surtout une flambée des prix de ce produit de grande consommation.

En concertation avec les différents acteurs du secteur, des efforts ont été entrepris pour trouver des solutions afin de faciliter l’écoulement du stock. A cet effet, le Ministère de l’Industrie, du Commerce et de l’Artisanat, en concertation avec l’Observatoire du sucre et les acteurs concernés a décidé :

  • de la prise de mesures conservatoires, en l’occurrence l’annulation de certaines ASI sur décision de Son Excellence, Monsieur le Président du Faso, en conseil des ministres du 25 mars 2015.
  • de la limitation significative du nombre d’ASI délivrée et du renforcement du contrôle du sucre importé au niveau des postes frontaliers. Depuis le 1er janvier 2015 jusqu’aujourd’hui, seulement six (06) ASI ont été délivrées pour l’importation de 500 tonnes et 12 500 tonnes respectivement de sucre en morceaux et granulé soit un total de 13 000 tonnes pour un gap de 90 000 tonnes à combler par l’importation.
  • de la mise en place d’un comité de suivi permanent du respect des termes du protocole d’accord d’enlèvement de sucre local signé entre la SN/SOSUCO et les importateurs ;
  • de la délivrance des ASI, exclusivement, aux importateurs ayant signé ledit protocole et effectivement procédé à l’enlèvement du sucre auprès de la SN/SOSUCO ;
  • d’un suivi périodique et rigoureux des statistiques sur l’utilisation des ASI en collaboration avec les services de douanes ;
  • de la prise de mesures anticipatives pour éviter les spéculations et la hausse des prix du sucre durant le jeûne musulman, qui est un mois critique de consommation de sucre ;
  • de la révision périodique de la valeur de référence à l’importation du sucre ;
  • de la transmission périodique des informations utiles par la SN/SOSUCO aux autorités de la transition.

Le Gouvernement de la Transition exhorte les acteurs économiques au strict respect des termes du protocole d’accord signé avec la SN/SOSUCO pour un développement de l’industrie sucrière et pour la préservation des emplois dans ladite industrie.

Par ailleurs, il invite les citoyens à dénoncer  tout cas de fraude ou de tentative de fraude auprès de l’autorité compétente. En tout état de cause, des numéros verts suivants sont mis à la disposition du consommateur : 80 001184/ 80 001185 à Ouagadougou et 80 00 11 86 à Bobo-Dioulasso.

Communiqué / Ministère de l’Artisanat et du commerce

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR