PROJET PÔLE DE CROISSANCE DU SAHEL: LE COMITÉ DE SUPERVISION S’EST RÉUNI POUR LA PREMIÈRE FOIS À DORI

La première session du comité de supervision de la préparation du Projet pôle de croissance du Sahel (PPCS) s’est déroulée ce jour 03 septembre 2015. Présidée par le gouverneur de la région en lieu et place du ministre de l’économie et des finances, cette session a pour objectif d’apprécier l’état de préparation du projet et de faire des propositions pour la suite du processus, d’examiner le projet de document et de cerner les contours du projet « Triangle d’eau ».

« Etape importante » dans le processus de préparation et de lancement du PPCS, cette première session vise notamment à faire le point par l’examen et l’appréciation de la documentation sur le Pôle de croissance du Sahel (PCS).

Prévue initialement pour se tenir au dernier trimestre de l’année 2014 et reportée au regard de l’avènement de l’insurrection, c’est finalement ce jeudi 3 septembre 2015 que ladite session a eu lieu.

Le projet s’appuie notamment sur les secteurs porteurs de la région que sont l’élevage et l’exploitation minière. « Le Pôle de croissance du Sahel, deuxième pôle après celui de Bagré, vise à tirer profit du boom minier et du potentiel de croissances des autres secteurs porteurs que sont l’élevage dans la région pour bâtir une économie dynamique, prospère et durable », a dit le colonel Djibril Lallé, gouverneur de la région du Sahel.

Profiter du boom minier. Un projet connexe à celui du PPCS est celui du projet Eau et croissance économique durable dans le Sahel, communément appelé « Triangle d’eau ». Triangle d’eau, car seront reliées les trois localités que sont Dori, Gorom-Gorom et Falangountou.

Les participant  à la première session du comité.

Les participant à la première session du comité.

Ce projet de 7 milliards de francs CFA est financé en partie par le Canada par l’entremise de son ministère en charge de la coopération au développement à hauteur de 6 milliards de francs CFA. Quant à la société IAM GOLD Essakane S.A., son soutien s’élève à un milliard de F CFA.

« Ce projet, s’il arrive à être concrétisé, va beaucoup soulager les populations de notre région. Ce sera un plus pour ces populations qui en ont besoin, car le problème d’eau, c’est un problème crucial dans notre région », a signifié le gouverneur à l’issue des travaux.

Nicolas Kobiané, directeur des pôles de croissance et de compétitivité, a mené une communication axée autour de la viabilisation du Projet pôle de croissance du Sahel. Pour lui, le projet en lui seul ne peut pas résoudre toutes les problématiques du développement.

Ce qui a amené le comité de supervision à statuer sur la nécessité de renforcer les actions complémentaires. Sur la contribution du secteur minier, Nicolas Kobiané est atteste. « L’exploitation minière adresse une demande forte en termes de consommation et biens de service. Si au niveau de l’économie locale, nous n’avons pas la possibilité de capter cette demande des compagnies minières, ces opportunités, cela correspond à des fuites de revenus », a déclaré M. Kobiané. Des fuites que veut désormais résorber le projet pôle de croissance du Sahel.

Oui KOETA

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR