Compétitivité du tourisme : le 1er pays africain est 48e dans le monde

Le World Economic Forum (WEF) a procédé au classement des pays selon leur compétitivité dans le domaine du tourisme à travers le monde, le tourisme étant un facteur qui soutient beaucoup la croissance économique.

Dans le 5e rapport sur la compétitivité du secteur touristique, l’organisation internationale indépendante The Word Economic Forum mesure la compétitivité dans le domaine du tourisme et du voyage de 141 économies à travers le monde, dont 37 sur le continent africain.

Plusieurs contées africaines regorgent d’attraits touristiques.  L’étude publiée le 6 mai et intitulée Travel & Tourism Competitiveness Report 2015 donne les pays qui attirent le plus de touristes et et où le tourisme génère beaucoup de ressources !

L’Afrique du Sud vient en tête sur le continent (48e au classement mondial), suivie par les Seychelles et l’Île Maurice. En Afrique du Nord, le Maroc tient la tête et se classe au 4e rang continental. La Namibie, le Kénya, la Tunisie, l’Egypte, le Cap Vert et le Botswana (88e mondial) constituent le reste du top 10 africain.

Au niveau planétaire les trois premières places sont occupées des pays européens qui sont l’Espagne, la France et l’Allemagne selon le rapport.

Les États d’Afrique subsaharienne sont davantage présents dans la seconde moitié du classement et sept des dix derniers pays étudiés par le WEF sont situés dans cette zone : Sierra Leone (132e), Burundi (135e), Burkina Faso (136e), Mauritanie (137e), Angola (139e), Guinée (140e) et Tchad (141e).

La plupart de ceux-là doivent davantage s’attaquer à d’importants défis en matière d’infrastructures, de santé et de salubrité, malgré un fort potentiel en termes de ressources naturelles et culturelles.

L’étude a été réalisée suivant quatre indices qui prennent en compte la sécurité, la santé, l’ouverture internationale du pays, la compétitivité des prix, la qualité de l’environnement, la disponibilité et la qualité des infrastructures (aériennes, portuaires, touristiques), les ressources naturelles et culturelles, l’attractivité du milieu des affaires.

La réalisation de ce classement a nécessité l’utilisation des statistiques fournies par les organisations multilatérales (Unesco, Nations unies, Banque mondiale…) et par des cabinets internationaux tels que Deloitte, ainsi que les données récoltées au cours de l’enquête annuelle réalisée par le World Economic Forum.

Boureima LANKOANDE

Burkina

Source : JA

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*