CIEA 2015 : pas d’émergence sans une croissance forte et durable

Du 18 au 20 mars 2015 s’est tenue la Conférence Internationale sur l’Emergence de l’Afrique (CIEA) à Abidjan en République de Côte d’Ivoire autour des enjeux véritables d’une Afrique prospère.

Organisée par le Gouvernement de la République de Côte d’Ivoire et le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD) en partenariat avec la Banque mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD), la CIEA a abouti à a des conclusions pour un véritable décollage du continent.

«L’émergence se planifie et se construit dans un environnement stable, de paix, de sécurité et de respect des droits de l’homme. C’est un pari sur l’avenir, pour lequel, l’Etat a un rôle central à jouer dans le processus».

Il s’agit de prendre expérience sur les success stories  et les expériences récentes dans les pays qui ont réussi à réaliser une transformation rapide de leurs systèmes politiques, économiques et sociaux, à l’image des pays émergents, notamment la Russie, la Chine, le Brésil, l’Inde, la Turquie, la Malaisie, le Mexique.

L’émergence a pour socle la croissance économique que les pays africains doivent travailler à garantir ; ce qui nécessite des politiques fortes et tranchées d’avec certaines pratiques telles, la corruption, l’anarchique sociale, l’insécurité sous toutes ses formes.

Sur le chemin de l’émergence, et des défis à relever, les pays africains sont déterminés à asseoir les bases de la transformation structurelle de leurs économies et de leurs sociétés afin de parvenir à une croissance plus inclusive pour un développement humain durable.

Les participants ont décidé d’organiser tous les deux ans un forum sur les bonnes pratiques, qui favoriserait la constitution d’un réseau solide de partage d’expériences et de bonnes pratiques entre experts des pays émergents et pays africains candidats à l’émergence.

Il faudra également de mettre en place un comité de haut niveau, compose de représentants de la Cote d’Ivoire, de l’Union Africaine, des Communautés Economiques Régionales (CER) et des organisations partenaires, notamment le Programme des Nations Unies pour le Développement (PNUD), la Banque Mondiale et la Banque Africaine de Développement (BAD) pour assurer le suivi des recommandations de la Déclaration d’Abidjan sur l’émergence de l’Afrique.

Déclaration d’Abidjan

Boureima LANKOANDE

Burkina24

Source : abidjan.net

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR