« Le nouveau désordre mondial » : l’entrepreneuriat est risqué en Afrique en 2015

Beaucoup de pays d’Afrique et bien d’autres dans le monde seraient très instables et non propices pour l’évolution de l’entreprenariat en 2015 ou du moins considérés comme risqués pour les entreprises.

Dans une étude nommée « le nouveau désordre mondial », dont le cabinet de conseil Control Risks a présenté l’édition 2015, il y a un risque politique élevé au Sahel, de Bissau à Djibouti, en Afrique du nord et dans une grande partie de l’Afrique centrale.

La carte annuelle des risques sécuritaires, géopolitiques et économique pour les entreprises et les personnes à travers le monde, qu’a présenté dans « le nouveau désordre mondial » donne une sévère analyse de l’environnement économique et sécuritaire à travers le monde.

Les réglementations défavorables, l’insécurité juridique, l’exposition à la corruption, les dangers d’expropriation, de nationalisation ou de sanctions internationales, constituent selon les estimations du cabinet de conseil, les « risques politiques pour les entreprises » dans la plupart des grands pays émergents (Chine, Turquie, Inde, Russie, Brésil et Mexique notamment).

En Afrique, il existe un risque extrême en Centrafrique et en Somalie en proie à des tensions ouvertes. D’autres pays comme la Côte d’Ivoire et la Libye, le Cameroun et le Somaliland, Madagascar et l’Érythrée, l’Algérie et la Gambie, le Burundi et le Zimbabwe, ou encore la RD Congo et l’Égypte se retrouvent dans la même catégorie malgré le calme relatif qui règne dans ces pays.

Les pays d’Afrique centrale et orientale s’en tireraient mieux avec un risque moyen. C’est aussi le cas du Rwanda, du Gabon, de la Guinée équatoriale et du Cameroun en Afrique centrale, du Sénégal, de la Mauritanie, de la Sierra Leone, du Ghana, du Bénin et du Togo.

Seuls six pays africains, le Maroc, le Cap-Vert, les Seychelles, la Namibie, Maurice et le Botswana se trouvent rangés dans la catégorie des pays à « risques politiques bas ».

Boureima LANKOANDE

Burkina24

Source :jeuneafrique

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR