Entreprise : SARL, Partenariat et l’Auto-entrepreneuriat

Certaines personnes entreprennent seules leurs propres activités à leur propre compte. Dans ce cas on parle d’opérateur unique ou commerçant indépendant. C’est le cas par exemple des plombiers, des électriciens, des maçons, des menuisiers, qui travaillent à leurs propres comptes. 

Celui-ci (seul opérateur) peut employer d’autres personnes pour aider par exemple, à prendre des appels téléphoniques ou faire la  comptabilité. Il est simple de mettre en place une structure individuelle car il y a peu de formalités juridiques.

Les travailleurs indépendants ont un contrôle complet sur leur entreprise – ils prennent leurs propres décisions et gardent les bénéfices pour eux-mêmes. Toutefois, les entrepreneurs individuels peuvent avoir des difficultés pour attirer les investissements.

Aussi toutes les dettes contractées par la structure deviennent leur responsabilité. Cela comporte généralement des risques pour les travailleurs indépendants car – leurs économies, leurs maisons et autres actifs peuvent être confisqués ou hypothéqués si leurs structures se heurtent à des difficultés.

Un partenariat intervient lorsque deux ou plusieurs personnes travaillent ensemble. Les partenaires partagent la charge de travail et les bénéfices de leur business. Ils ont souvent des compétences qui se complètent mutuellement et ils peuvent bénéficier des idées de chacun des partenaires c’est en cela que le partenariat s’avère intéressant pour la bonne marche de l’entreprise. Toutefois, les partenariats ne sont pas toujours sans heurts. Il peut y avoir des différends entre les partenaires.

Comme les entrepreneurs indépendants, les partenariats ont souvent du mal à obtenir
des capitaux. Les partenariats n’ont pas de responsabilité limitée. Cela signifie que chaque associé peut être tenu responsable de toutes les dettes contractées par la structure.

Une entreprise étant une entité juridique, elle est détenue par les actionnaires qui apportent du capital dans l’entreprise. Les actionnaires prennent moins de risques que les entrepreneurs individuels ou les partenariats, car ils ont une protection juridique appelée responsabilité limitée.

Cela signifie que si l’entreprise n’arrive pas à s’acquitter de ses dettes, la somme maximale que les actionnaires peuvent perdre est limitée à leur investissement dans l’entreprise. La prise de décision est faite par un conseil d’administration.

Les entrepreneurs qui ont de bonnes idées et qui vendent leurs produits ou services au bon endroit, au bon moment avec passion ont plus de chance de créer les grandes entreprises de demain. Par la création de nouvelles entreprises, ils investissent de l’énergie, du temps et l’argent dans le développement de nouvelles idées.

Lancer une nouvelle entreprise ou un business est une activité à haut risque, une aventure – il n’y a aucune garantie de retour sur investissement. Consulter des conseillers en affaires peut aider à éviter de tomber dans la complaisance et l’inconnu. Posséder un avantage compétitif est la première chose à considérer bien avant d’ouvrir son premier business.

Les cabinets de consultants existent pour vous donner un coup de pouce dans ce sens. Ne les sous-estimer pas, car vaut mieux avoir toutes les informations dont vous avez besoin : sur votre marché, le secteur, l’industrie, les clients, les consommateurs, les concurrents et les lois et règlementations en vigueur, que de se lancer en business parce que votre ami ou parent a ouvert un business, sans avoir eu à comprendre la structure du marché et le comportement des consommateurs.

Boureima LANKOANDE

Burkina24

Source :pourlentrepreneur.com

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR