RÉHABILITATION DE LA ROUTE CU09 : LE TRONÇON OUAGA-LOMÉ BIENTÔT RENFORCÉ

La route communautaire CU09, reliant la ville burkinabè de Koupéla à la frontière du Togo, est en mauvais état. Un projet de réhabilitation de route et de facilitation du transport sur le corridor Lomé-Cinkansé-Ouagadougou, est en train de se réaliser avec le soutien de la Banque Ouest africaine de développement (BOAD), de la banque africaine de développement (BAD), de l’Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA), de la communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO. Les travaux ont été officiellement lancés ce 23 octobre 2014 à Cinkansé, en présence des chefs de gouvernement des deux pays.

D’un coût hors taxe estimé à plus de 100 milliards 218 millions de francs CFA, ce projet comporte la réhabilitation des routes, les aménagements connexes, les actions et mesures de facilitation du transport et du transit, la gestion et le suivi de l’exécution du projet. Des travaux déjà salués par les routiers et les riverains.

«Lorsqu’on perd beaucoup de temps suite à un accident de route, il y avait de fortes chances de mourir durant le trajet vers l’hôpital de Tenkodogo à cause du mauvais état de la route », selon un habitant de Cinkansé.

Des préoccupations partagées par les routiers pour qui, l’état du réseau de ce corridor, a des impacts négatifs énormes sur les conditions de travail des chauffeurs routiers et de leurs véhicules.

Des inconvénients reconnus par Luc Adolphe Thiao, Premier ministre burkinabè, qui porte en ce projet, un espoir d’amélioration des conditions de circulation des marchandises et des personnes dans l’espace communautaire de la sous-région.

« Le corridor est très important pour nous pays enclavés. Le Togo est notre premier débouché maritime », a-t-il affirmé. Un projet, qui, à terme, en plus de  réaliser le rêve de ces populations qui empruntent couramment ce corridor, constituera un véritable facteur d’intégration et d’échange économique. Ses propos ont été confirmés par son homologue du Togo.

« Le Togo,qui est un pays de transit, a intérêt que les routes qui y mènent soient dans de bonnes conditions pour permettre au port de Lomé d’être un élément de développement de l’ensemble de la région », a en effet souligné Kwesy Seleagbodji Ahoomey- Zounou, Premier ministre togolais.

Mais pour voir la finition des travaux, les populations devront user de patience jusqu’en décembre 2016. Pour l’heure, la jeunesse de la commune de la commune de Yargatenga espère servir de main d’œuvre pour l’exécution du projet, auprès des entreprises SOROUBAT, et le groupement MSF ENGENHARIAT SA/SACBA-TP.

Mouniratou LOUGUE

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR