Pôles de croissance du Burkina : exploiter le filon des exportations

Les débouchés pour les produits des pôles de croissance du Burkina ont été au centre de la deuxième session de l’année 2014 du Comité national de pilotage des pôles de croissance (CNPPC), tenue à Dori dans le Sahel, le 18 octobre 2014.  Un séminaire gouvernemental a en outre dégagé les orientations du pôle de croissance du Sahel.

La seconde session du CNPPC s’est ouverte par un vibrant hommage du Premier ministre Luc Adolphe Tiao au défunt maire de Dori, Hama Arba Diallo. Une minute de silence a été observée en la mémoire, selon  les mots du chef du gouvernement, de « l’intrépide soldat du développement », qui s’activait à la tenue de cette session avant que le Destin en décide autrement.

La deuxième session de l’année 2014 a fait le bilan à mi-parcours du plan de travail  annuel 2014, examiné l’état d’avancement de la mise en œuvre de Bagrépôle, l’opérationnalisation de la grappe huilerie de Bobo-Dioulasso et la préparation du Pôle de croissance du Sahel.

Mais le thème central de cette réunion consacre la volonté de « faire des pôles de croissance un moteur des exportations en vue d’accélérer et de pérenniser la croissance économique ».

Les exportations, haute priorité

Pour le Premier ministre Tiao, président du CNPPC, « la viabilité d’une entreprise est intimement liée à l’existence de débouchés »  et les exportations sont en la matière, « un débouché stratégique par excellence».

Selon les statistiques qu’il a fournies, la contribution des exportations au produit intérieur brut (PIB) est passée de 8% en 2008 à 21% en 2013 (les trois premiers produits sont l’or, le coton et le bétail). Mais cette performance reste faible, à son avis, en comparaison avec celle des pays voisins (plus de 40% au Ghana, au Togo et en Côte d’Ivoire).

Des mesures ont été déjà prises, notamment la stratégie nationale de promotion des exportations adoptée en 2011 afin de promouvoir les filières d’exportation. C’est dans ce sens que le CNPPC a décidé de développer dans les pôles de croissance, des projets orientés vers l’exportation.

Quelques chiffres de Bagrépôle-Unités non agricoles: 100 créées pour 6 milliards de  FCFA d’investissements privés et 11 600 emplois créés.

-Agro-business: allocation de 10 142,3 ha à 108 promoteurs pour des investissements projetés de 114 milliards de FCFA et 30 000 emplois à créer.

-Contribution à la croissance du PIB de 0,5 point en 2014 et hausse cumulée de2,1 point de 2014 à 2020.

-Réduction de l’incidence de la pauvreté de 5,3 points dont 0,1 en 2014.

Selon le Premier ministre, la promotion des exportations « revêt une haute priorité » pour le gouvernement et toute initiative à ce propos sera examinée.

Pour le reste, la session indique que le projet pôle de croissance de Bagré a engrangé de « nombreux succès » et des « acquis importants ». De nouvelles orientations et des recommandations ont été formulées pour une amélioration des pôles de croissance, notamment les agro-pôles du Sourou et Samandeni et la grappe d’huile de Bobo.

Orientations pour le pôle du Sahel

A l’issue de la session du CNPPC, un séminaire gouvernemental a eu lieu sur les orientations à donner au  pôle de croissance du Sahel, pour le démarrage duquel la Banque Mondiale a signé un accord de don d’une valeur de 1,4 milliard de  F CFA.

Lors de l’ouverture de ce séminaire, présidé par le Premier ministre, le ministre en charge des finances, Lucien Marie Noël Bembamba a spécifié les axes d’intervention du gouvernement dans la première phase du projet, laquelle devra assurer l’assise institutionnelle et infrastructurelle du pôle de croissance. Il s’agira, entre autres, d’améliorer et consolider la gouvernance et la sécurité et de développer et valoriser les secteurs porteurs de croissance.

Ce séminaire gouvernemental se tient quatre mois après les assises nationales sur le projet. Le lancement officiel du pôle de croissance du Sahel est prévu pour le milieu de l’année 2015.

Abdou ZOURE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR