Ces défis auxquels doit faire face Ecobank au regard de ses résultats intérimaires

Le groupe bancaire panafricain Ecobank Transnational Incorporated (ETI) qui a son siège à Lomé au Togo, a tenu lundi 18 août 2014 une conférence téléphonique au cours de laquelle elle a pu échanger avec ses investisseurs et divers analystes au sujet de ses résultats intérimaires pour le premier semestre 2014.

Le groupe est ainsi revenu sur les principaux chiffres de cette période notamment, un résultat net consolidé des activités poursuivies en augmentation de 14 % à 195 millions $ et un rendement moyen des capitaux propres  de 17,7 % contre 15,3 % l’année précédente.

Une lecture complète de ces résultats, laisse toutefois entrevoir que la croissance des résultats du groupe a été affectée par la faible rentabilité de ses segments Banque d’Investissement et International.

En effet, Ecobank Development Corporation (EDC) qui gère l’essentiel de la branche investissements du groupe a vu son résultat net atteindre durant la période 6,4 millions dollars, en baisse de 52%, comparé aux 12,4 millions dollars réalisés à la même période en 2013.

Pour sa part, la banque à l’international du groupe a réalisé des performances marquées par un Produit net bancaire de 11,8 millions dollars en baisse de 15% et un résultat net qui a baissé de 47% à 1,5 millions dollars.

Un autre défi du groupe est celui des créances douteuses qui, bien qu’en régression de 9 % par rapport à l’année  précédente et de 23 % par rapport au 31 mars 2014, s’élevaient encore à 534 millions dollars à fin juin 2014.

Il faut cependant rappeler que cette situation est la conséquence du passage en pertes de créances au Nigéria pour un montant évalué à 250 millions dollars. Le ratio de créances douteuses au Nigéria s’élève à 2,2% et, dans ces conditions, il s’en est suivi une diminution du ratio de couverture, qui s’établissait à 66,2 % contre 78,3 % en mars 2014.

Le troisième défi majeur du groupe bancaire est celui de savoir si Nedbank acceptera finalement de convertir sa créance de 285 millions dollars en action. Au cours de la conférence avec les investisseurs et les analystes, Albert Essien, DG du groupe Ecobank, a fait savoir qu’il était confiant de ce que le groupe sud-africain userait de son option et ajouterait les 206 millions dollars nécessaires pour lui assurer 20% de l’actionnariat d’ETI.

On se souvient il y a quelques semaines, lorsque Nedbank a publié ses résultats, son DG, Mike Brown, avait expliqué qu’il y avait encore du temps pour décider de ce qu’il fallait faire de ce droit d’option.

Rappelons que Public Investment Corporation, qui est le plus gros actionnaire actuel d’Ecobank avec 18,16%, est aussi premier actionnaire institutionnel de Nedbank avec une participation de 7,7%.

En attendant, ETI  affiche une performance positive sur les différents marchés financiers où ses actions sont cotées. Sur le Nigeria Stock Exchange, le titre ETI a rompu avec les mauvaises performances boursières de la semaine précédente, avec une baisse cumulée de  8,2%. Elle a terminé le lundi 18 août sur une très petite hausse de 0,06%.

Sur la BRVM (Abidjan), le titre était stable, mais la contre-performance annuelle continue de se réduire et se situe désormais à -3,9%, contre jusqu’à -5,4% il y a encore quelques semaines. Sur le Ghana Stock Exchange, le titre ETI continue d’être la principale attraction des investisseurs dans un marché devenu morose.

Aboubakar KAMAGATE (Stagiaire)

Burkina24

Source : Agence Ecofin

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*