Finance inclusive : Lancement du FONAFI doté d’une enveloppe de plus de 44 milliards de FCFA

Afin de permettre l’inclusion financière à tous les niveaux de la société, les autorités burkinabè ont mis sur pied un nouveau projet. Dénommé Projet de Promotion Financière pour l’Accès des Populations à faibles revenus aux services financiers au Burkina, il entend toucher plus d’un million de personnes d’ici 2022. Son lancement est intervenu ce jeudi 10 septembre 2020 à Ouagadougou.

Plus 44 milliards de francs CFA, c’est le volume de l’enveloppe qui va servir à appuyer les femmes et les jeunes à travers leurs activités génératrices de revenus. Et c’est le Fonds National de la Finance Inclusive (FONAFI) qui est chargé de conduire cette politique. Selon le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, le FONAFI est un fonds mis en place pour soutenir tous les Burkinabè. « C’est un fonds qui sera décentralisé », a indiqué Roch Marc Christian Kaboré. Il rassure alors que l’information parviendra tous les Burkinabè.

Avec un taux de bancarisation encore faible au Burkina Faso, l’accès aux crédits pose problème pour bon nombre de travailleurs. D’où la naissance du FONAFI. Il est adressé à tous ceux « qui n’ont pas de perspectives d’aller à une banque classique ».  Une autre raison qui justifie  cette création est la volonté du gouvernement pour la transformation des produits locaux. « Dans ce domaine-là, les femmes sont très motivées et n’ont pas les moyens », a dit le chef de l’État. Pour lui, c’est une envie de ne laisser personne en dehors des services financiers.

Des taux d’intérêts 

« Mutualiser l’ensemble des moyens qui sont mis en œuvre », c’est la mission assignée par le président du Faso au FONAFI.  Et ce, dans l’objectif de permettre un développement harmonieux du Burkina Faso.  Cet outil est donc la bienvenue pour cette frange de la population qui n’utilise aucun des services financiers classiques. « Le FONAFI permettra aux ménages à faibles revenus d’accéder aux crédits à des conditions adaptées », a déclaré le ministre en charge des finances, Lassané Kaboré. Les populations peuvent désormais se tourner vers les prestataires financiers pour financer leurs activités.

Sur la conduite de cette nouvelle structure, c’est une approche directe qui a été choisie. « Nous allons accompagner directement les institutions de micro finances et les fonds nationaux de financements. L’objectif, c’est de rabaisser les taux de sortie », a laissé entendre  Wango Fidèle Yameogo, le directeur général du FONAFI.  Aussi, le processus de prêt sera aussi allégé.

Wango Fidèle Yameogo ajoute que les garanties  seront moins strictes que celles qui sont appliquées couramment.

Remise des chèques aux institutions de micro finances

« Tolérance zéro » pour le remboursement

« L’objectif même est d’accompagner tous ceux qui n’ont pas de garanties », a précisé le directeur général du FONAFI. En lieu de place des garanties classiques, le FONAFI est sur une piste de caution solidaire. « Un groupement peut déposer 100 000 F CFA  et avoir un accompagnement conséquent. Ça c’est une caution solidaire sans pour autant exiger un dépôt de matériel », soutient-il.  Une manière qui doit aider à lever la principale difficulté qu’est la garantie. Sur le remboursement, il est de l’ordre de trois ans. Mais négociable avec la structure financière.

Un but d’honneur défendu par le président du Faso est la question du remboursement. Pour lui, « il faut permettre à d’autres de pouvoir bénéficier ». Dans cette dynamique, le directeur général du FONAFI décrète « la tolérance zéro » pour ce qui est des remboursements.

Le présent projet accorde une attention particulière aux femmes car selon le chef de l’État, « elles remboursent plus vite et facilement ». 

Basile SAMA

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE