Burkina Faso : Redorer le blason du secteur industriel grâce au dialogue social

Le Haut conseil du dialogue social (HCDS) a tenu sa première assemblée générale ce mardi 1er septembre 2020. Cette session s’articule autour du thème « Contribution du HCDS à la relance de l’industrie burkinabè par le dialogue social ».

Le HCDS, dont l’une des missions est de contribuer à la recherche de solutions, pour parer aux conflits sociaux du monde du travail, a vu ses activités prendre un coup. En effet, avec l’apparition de la pandémie à Coronavirus, les activités ont connu un retard. D’où la tenue de cette présente session ce mardi 1er septembre 2020.

Au programme de cette session, un bilan des recommandations faites au gouvernement pour une meilleure gestion afin d’anticiper les conflits. Ce faisant, il sera question de « se pencher d’une part sur le bilan du HCDS pour la période allant de la dernière session de décembre 2019 à la date d’août 2020 et d’autre part, sur le renforcement des capacités des conseillers », a expliqué le président du Haut conseil du dialogue social, Domba Jean-Marc Palm.

Aussi, au cours des deux semaines de travaux entamés, il est prévu en sus du programme, une formation au profit des conseillers sur l’environnement de l’entreprise industrielle au Burkina Faso.

Le président du HCDS a expliqué que, regorgeant de nombreuses potentialités, le secteur industriel n’est pas à la hauteur des nombreuses attentes et la pandémie à Coronavirus a davantage fragilisé ce secteur.

Des actions pour redorer le blason du secteur industriel au Burkina Faso

Pour parer à ces difficultés et à l’impact de la pandémie, le HCDS propose, à travers son président Domba Jean-Marc Palm, « un protocole d’accord au gouvernement et à ses partenaires sociaux en vue d’une riposte commune ». Ledit protocole a été soumis au gouvernement, aux travailleurs et au patronat. Et à l’issue de ce processus, « le protocole sera signé pour engager une riposte commune contre le Covid-19 », a-t-il dit.

A en croire le président du HCDS, le but de cette formation au profit des conseillers est de faire l’état des lieux du secteur industriel au Burkina Faso, et aussi de proposer des solutions adéquates pour venir à bout des difficultés que rencontre ce secteur.

Le principal problème tourne autour de la concurrence déloyale. Il sera donc question de faire des recommandations à qui de droit pour parer en ce problème qui n’honore pas le Burkina Faso, toujours selon les propos de Domba Jean-Marc Palm. Deux semaines durant, il sera question de penser aux solutions de la période « post-Covid-19 » au Burkina Faso.

Corine GUISSOU (stagiaire)

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE