Production et commercialisation d’alcool au Burkina : Bientôt un cahier de charges

La Brigade mobile de contrôle économique et de la répression des fraudes (BMCRF) a procédé à la destruction des sachets de boissons alcoolisées frelatées et des boissons impropres à la consommation. Cette action s’inscrit dans le cadre de la lutte contre la consommation des boissons frelatées. C’était ce jeudi 2 juillet 2020 0 Ouagadougou au centre d’enfouissement à Tanghin.

La consommation abusive d’alcool en général et celle des boissons frelatées en particulier est reconnue comme étant un fléau ayant d’énormes conséquences socio-économiques. Selon l’OMS, l’alcool produit et vendu clandestinement et sans contrôle représente environ ¼ (soit 25,5%) de l’ensemble de l’alcool consommé dans le monde en 2016. Autrefois importé, l’alcool frelaté fait l’objet ces dernières années de production locale.

Lire également👉 Burkina Faso : 300 000 litres de liqueur détruits à Ouagadougou

En dépit de leurs qualités douteuses, la production et la distribution de ces boissons occupent de plus en plus toutes les couches sociales de la population. En vue de protéger les consommateurs, le gouvernement du Burkina Faso s’est engagé dans une lutte contre les boissons frelatées.

Ainsi, depuis le 19 septembre 2019 le gouvernement a interdit la production, l’importation, la commercialisation des liqueurs et autres boissons spiritueuses en sachets plastiques et en bouteilles de moins de 30 centilitres.

La destruction des sachets de boissons alcoolisées frelatées et des boissons impropres à la consommation

Ce jeudi 2 juillet 2020, la Brigade mobile de contrôle économique et de la répression des fraudes (BMCRF) a procédé à la destruction des produits impropres saisis. Il s’agit des liqueurs frelatées et des boissons impropres à la consommation.

 «C’est au total plus de six millions de sachets et bouteilles, soit environ 300 000 litres de liqueur ou l’équivalent de plus de 1500 barriques de 200 litres, qui ont été saisis par la brigade mobile sur l’ensemble du territoire. Il s’agit à travers cette action de destruction, d’interpeller les commerçants sur le caractère illégal du commerce des produits prohibés et impropres à la consommation », a indiqué le coordinateur de la BMCRF, Yacouba Bila.

Lire aussi👉 Promotion des investissements au Burkina Faso : Le ministre Harouna Kaboré déballe son plan

Par ailleurs, il a signalé que cette opération se déroule simultanément dans d’autres régions. A noter que cette opération de saisie a été menée avec le concours des forces de défense et de sécurité. A l’écouter, afin d’assainir le secteur des boissons alcoolisées, un cahier de charges serait en gestation.

Des produits prohibés

« Le projet de cahier de charges réglemente les activités de production industrielle, d’importation, de commercialisation et de distribution des boissons alcoolisées au Burkina Faso. Il définit les différentes catégories de boissons alcoolisées, précise les conditions préalables à l’importation des unités de production, de délivrance de l’autorisation de production et du certificat de mise à la consommation, de la distribution et de la commercialisation », a souligné le coordinateur de la BMCRF.

Il a fait savoir que le projet de cahier de charges sera validé bientôt.

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE