Région du Centre : La commande publique au cœur des échanges entre Etat et secteur privé

Lancées le 22 juin 2020 à Banfora, c’est ce mardi 30 juin 2020 à Ouagadougou que les rencontres régionales Etat/ secteur privé ont pris fin. Cette 3e édition du cadre de concertation d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé est axée sur la participation des PME à la Commande publique.

Le cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé vise à trouver des solutions aux différentes contraintes qui entravent le développement des entreprises. Ce cadre a été initié en 2018. Ces rencontres visent à permettre aux acteurs du secteur privé de pouvoir échanger et de faire le diagnostic de tout ce qui peut miner le développement de l’économie nationale.

Lire aussi 👉2e CODESP : La croissance des produits manufacturés dans le PIB à l’horizon 2020

Cette 3e édition s’est tenue sous le thème « rôle de la commande publique dans la promotion du secteur privé ». Egalement, des sous thèmes sur la stratégie pour améliorer l’accès des PME à la commande publique ont été développés lors de ces rencontres.

3e édition du cadre de concertation d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé
3e édition du cadre de concertation d’orientation pour le dialogue Etat/secteur privé 

C’est le gouverneur du Centre, Sibiri de Issa Ouédraogo, qui a présidé à la rencontre régionale de la région. Il a fait savoir que le choix de cette thématique s’explique par le fait que la commande publique est une problématique récurrente du secteur privé dans son ensemble.

« Cette rencontre devrait nous permettre de recenser les préoccupations et les recommandations pour faire face à la situation au Covid-19. Egalement,  d’approfondir le diagnostic sur l’impact de cette crise sanitaire sur l’activité économique et de proposer un plan de relance économique post Covid-19 », a-t-il souligné.

Lire également 👉Cadre de concertation et d’orientation pour le dialogue Etat/Secteur privé : La promotion des PME au cœur des rencontres régionales   

Selon le gouverneur du centre, en plus du Covid-19, l’insécurité et les mouvements sociaux sont des facteurs qui ont impacté le développement de l’économie nationale. Par contre, le gouvernement, en plus des mesures conjoncturelles déjà prises, mène «une profonde réflexion sur les mesures alternatives», a-t-il indiqué.

Hamidou Ouédraogo, président de la délégation consulaire du centre, a expliqué que cette rencontre était l’occasion de faire le point des recommandations des éditions précédentes.

Il a laissé entendre que la satisfaction n’est pas totale car des points demeurent et a invité le gouvernement à avoir un regard au niveau du secteur privé. Il a plaidé pour une mutualisation dans la mise en œuvre des recommandations. Par ailleurs, l’opérateur économique a confié que le secteur privé est victime de la fraude, de la corruption et des difficultés pour l’exécution de la commande publique.

A l’issue des rencontres régionales, l’ensemble des recommandations sera reversé au gouvernement pour examen.

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE