Développement numérique au Burkina Faso : Web-rencontre d’experts nationaux

Les responsables de l’association professionnelle Blockchain Burkina et de la West African Blockchain Community (WABC) et leurs partenaires ont organisé, ce 26 mai 2020, un webinaire à travers la plateforme de visioconférence « WebEx ». La e-rencontre a eu pour thème « Création, hébergement et promotion de contenus et services locaux : Etat des lieux et mécanismes pour une souveraineté assumée de l’écosystème Numérique au Burkina Faso ». 

Les experts nationaux du domaine de la programmation et du développement numérique ont décidé  de  créer  une  synergie avant-gardiste pour être au rendez-vous d’un écosystème global transparent, sécurisé et profitable au développement économique et humain.

La web-conférence de ce 26 mai 2020 a connu la participation de représentants du Ministère du développement de l’économie numérique et des postes ; de l’Agence nationale de promotion des technologies de l’information et de la communication (ANPTIC) ; de structures évoluant dans le numérique ; ainsi que des spécialistes notamment en sécurité des données et en transformation digitale.

Le webinaire a été animé par des experts en TIC et Cybersécurité. L’expert en technologies et services innovants, et ancien directeur de la francophonie numérique, Pierre Ouédraogo, a assuré la modération de cette session. 

Le défi de la normalisation des data centers…

Le rapport final de l’activité est rédigé par le secrétaire général de Blockchain Burkina et Vice-Président du Comité Consultatif des Gouvernements de l’ICANN, Rodrigue Guigemdé. Une proposition de feuille de route et des recommandations seront soumises aux parties prenantes.

Les conférenciers étaient composés notamment de Larba Nadiéba, Expert en Economie Numérique spécialisée en sécurité des données et réglementation et Président de West African Blockchain Community (WABC) ; Jean-Armand Yanogo, représentant de l’ANPTIC ; Nathanaël Konsimbo, Expert en Transformation Digitale ; Abdoul Karim Ouédraogo, Spécialiste Cloud en environnements virtualisés et Seydou Barro, Président du bureau exécutif de l’ABCE.

Selon le spécialiste en environnements virtualisés, Abdoul Karim Ouédraogo, la normalisation des data centers demeure un défi à relever. « Le secteur privé, notamment les opérateurs et fournisseurs de services numériques, doit s’impliquer davantage dans le data center pour l’hébergement des données locales », a-t-il proposé. Sa communication a mis l’accent sur la nécessité, pour le pays, de disposer de data centers privés.

Data center : La dynamisation du secteur privé prônée

Le secteur privé est donc appelé à être beaucoup plus dynamique dans la construction des data centers. Dans les échanges, il est ressorti entre autres qu’il est déconseillé de construire un data center à côté d’une ambassade ou d’une station-service si l’on veut bien être dans les normes et avoir la certification. 

Beaucoup ont reconnu que la rentabilité des hébergements des données au Burkina pose problème. Jean-Armand Yanogo, le représentant de l’ANPTIC, a entre autres fait savoir que pour le compte du G-cloud, le Burkina dispose de quatre data centers ; dont deux à Ouagadougou et deux à Bobo-Dioulasso. Malgré la faible qualité de la connexion internet, le webinaire s’est terminé sur une note de satisfaction générale.

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE