Covid-19 au Burkina : Des marchés et yaars fermés à Ouagadougou pour 25 jours

Du 26 mars au 20 avril 2020, les marchés et yaars à Ouagadougou seront fermés. Une liste provisoire de 36 « gros marchés » sur les 85 que compte la capitale sont concernés par cette mesure. L’objectif étant de rompre la chaîne de propagation du Covid-19. Un constat dans quelques marchés dans la ville de Ouagadougou.

Il est 9 heures ce jeudi 26 mars 2020 au marché de Bendogo à Ouagadougou. Des commerçantes infestent les lieux. Par le biais des forces de l’ordre, les récalcitrants sont contraints de libérer le marché afin de respecter la décision gouvernementale. Aguirata Kologo est une commerçante qui commercialise des produits maraîchers. Pour elle, cette mesure de fermeture est pénalisante.

Lire également 👉COVID-19 à Ouagadougou : Fermeture des marchés et yaars à compter du 26 mars 2020

« Avec le couvre-feu, on ne peut se ravitailler comme d’habitude. En plus on veut fermer le marché pour presque un mois. Comment on va faire avec notre commerce ? Aujourd’hui, je suis venue plus tôt pour espérer écouler quelques marchandises avant l’arrivée de la Police. Ce que je vends est périssable et il me faut obligatoirement écouler ; sinon c’est une grosse perte pour moi », nous explique-t-elle.

des commerçantes ont créé des étales aux abords
Des commerçantes ont créé des étales aux abords du marché de Dassasgho

A quelques trois kilomètres plus loin, nous sommes au marché de Dassosgho. Malgré que le marché soit fermé, des commerçantes ont créé des étales aux abords pour espérer écouler leurs marchandises. Salamata Bikienga, commerçante au marché de Dassasgho, fait savoir que c’est une astuce pour écouler ses marchandises. « On ne peut pas garder ces marchandises à la maison. Il faut forcément  les écouler », insiste-t-elle.

Alima Sawadogo
Alima Sawadogo commerçante au grand marché

Au grand Marché de Rood Woko,  les locaux  sont fermés. Quelques policiers municipaux font la ronde pour dissuader les éventuels contrevenants.  Regroupés dans de petits groupes, des commerçants observent avec amertume, leur lieu de business qui leur est momentané confisqué pour cause de coronavirus. La mine triste, l’air dépité, ces commerçants s’avouent impuissants face à la décision de fermeture des marchés et yaars. Incapable d’accéder à sa boutique, Alima Sawadogo reste assise aux abords du marché, ruminant sa tristesse.

Lire aussi 👉Burkina : Les rassemblements interdits, y compris dans les bars et restaurants

« C’est grâce au marché, nous, on mange. Quand on ferme le marché ça ne nous arrange pas. Bien vrai que c’est pour notre santé, mais ça ne nous arrange pas.  On pouvait nous dire de prendre des dispositions en respectant la distance et de surveiller les clients », marmonne-t-elle.

 En rappel, pour endiguer la propagation du Coronavirus au Burkina, le gouvernement a pris des mesures. Il s’agit, entre autres, de l’interdiction des événements regroupant du public, la fermeture des bars et débits de boissons.

Jules César KABORE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR

PUBLICITE