Fondation Ravi : 500 entreprises et 10.000 emplois à créer

La fondation Ravi organise un diner gala pour lever des fonds afin de soutenir des jeunes en chômage. En prélude de cette activité prévue le 1er décembre 2019, le président de ladite fondation a donné une conférence de presse ce mardi 26 novembre 2019. Salam Ouédraogo a annoncé les couleurs de l’événement de décembre.

« Le projet Fast Job and Food se présente comme une réponse appropriée et adaptée à la situation actuelle de notre pays. Il s’agit d’une solution pouvant assurer l’autosuffisance alimentaire par la production rapide et continue », a déclaré Salam Ouédraogo, président de la fondation Ravi. Selon ses propos, c’est compte tenu de l’importance du projet que le diner gala de levée de fonds a été institué.

Le rendez-vous est donc pour le 1er décembre du côté du SIAO pour soutenir la fondation dans sa dynamique de soutien aux jeunes et femmes. Un soutien qui passe par le projet Fast Job and Food. Lequel projet est d’ailleurs l’accomplissement de la vision de la fondation.  Cette vision est celle de créer un environnement « vivable et agréable ». Et pour y arriver, la fondation préconise d’investir dans le capital humain afin de développer l’homme pour ensuite développer la cité et sa localité.

500 entreprises et 10.000 emplois à créer

Un développement axé sur une cinquantaine de secteurs d’activités. Ce sont, entre autres, l’agriculture, l’élevage, la pisciculture, l’énergie renouvelable et la recherche de l’innovation. Des secteurs d’activités qui devront permettre de créer plus de 10.000 emplois pour la phase qui débute en décembre. Au total, c’est plus de 500 entreprises qui seront créées. Et ce, pour l’amélioration du pouvoir d’achat des familles concernées. Aussi, la fondation vise la baisse des prix des produits de première nécessité.

Un bassin de pisciculture à la fondation

Sur  le concept Fast Job and Food, Salam Ouédraogo a indiqué qu’il s’agit d’un projet qui présente des résultats en moins de 4 mois de mise en œuvre. Et pour y arriver, il a sollicité l’accompagnement des  Burkinabè et des partenaires pour lutter contre la pauvreté. Cependant, il précise que le projet n’intervient pas dans les zones dites à risque. Mais celles qui enregistrent des arrivées de déplacés internes sont prises en compte.

Revenant sur le diner gala, Salam Ouédraogo indique qu’il y a la possibilité de devenir actionnaire dans un des projets. « Nous sommes ouverts à d’autres formes de contributions », a-t-il ajouté. Le rendez-vous est donc celui du 1er décembre du côté du SIAO pour la soirée de levée de fonds.

Basile SAMA

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR