Burkina : La Commune de Ouagadougou veut mieux gérer ses finances

En vue d’améliorer la gestion des ressources publiques, la mairie de la commune de Ouagadougou a organisé ce lundi 4 novembre 2019, un atelier sur les finances publiques. Le premier adjoint au maire de la commune, Moussa Bélem a procédé au lancement de la deuxième évaluation de la dépense publique et responsabilité financière, en abrégé PEFA.

De 1,5 million d’habitants en 2006, la ville de Ouagadougou est passée à 2,9 millions d’habitants en 2018, selon Moussa Bélem premier adjoint au maire. Selon lui, avec cette tendance, la prévision de la population de Ouagadougou est estimée à 5 millions en 2030, soit 15% de la population actuelle. Il estime que cette hausse démographique n’est pas sans conséquence pour l’économie de la commune.

« Cette croissance démographique qui, sans doute, a et aura un impact considérable sur notre économie et notre développement social, appelle en nous des études et des analyses sérieuses de la situation présente et celle future de notre capitale. En effet, en tant qu’acteurs majeurs locaux de développement, les élus locaux que nous sommes devons nous préoccuper de cette situation car notre engagement dans la gestion communale n’a autre fin que le seul souci d’amélioration des conditions de vie de nos populations. Or qui dit croissance démographique, dit croissance des problèmes liés à l’habitat, à l’environnement, à la santé, à l’éducation », a indiqué Moussa Bélem, premier adjoint au maire.

La précédente étude de la dépense publique et responsabilité financière, en abrégé PEFA de 2010, a connu un grand succès et a permis à la commune d’améliorer sa gestion financière, selon Moussa Bélem. La commune de Ouagadougou, de ce fait, souhaite encore réaliser une deuxième étude en 2019, afin de se doter d’outils modernes de gestion financière.

« En 2010, cette évaluation, au travers d’un plan d’actions sous-jacent, avait permis d’insuffler une dynamique au sein de la municipalité, dans la gestion des finances publiques, voire à élargir la réflexion sur la mobilisation des ressources de la ville. En 2019, la deuxième étude PEFA devra permettre à la ville de Ouagadougou de crédibiliser les efforts de gestion de finances publiques menés depuis plusieurs années, en matière de maîtrise de ses dépenses et de prévisibilité budgétaire », a-t-il affirmé.

A partir du plan d’action PEFA, la commune de Ouagadougou veut mettre en place le projet SICOTAX qui est une modernisation de l’administration en matière de collecte des recettes.

« D’ici, trois, quatre mois, ce projet va être lancé et va permettre à ce que les taxes municipales soient collectées par les terminaux de paiements électroniques, tout cela est issu du plan d’action PEFA », a confié Sylvie Ouoba, directrice générale des ressources, point focal de cette étude.

A noter que la PEFA est une méthodologie de mesure de la performance de la gestion des finances publiques des Etats agréée par la communauté des bailleurs de fonds et des gouvernements. L’étude sera menée par une équipe pluridisciplinaire composée d’experts en gestion de finances publiques avec le concours du personnel administratif et de personnes ressources aguerries en finances publiques. Un comité de suivi PEFA 2019 est mis en place, chargé d’assurer la coordination et la supervision du processus de l’évaluation par les consultants recrutés à cet effet.

Eliette ZOUNGRANA (Stagiaire)
Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR