Actionnariat populaire : Des jeunes Burkinabè lancent la coopérative «SCOOP-CA»

Les activités de la Société coopérative avec Conseil d’administration/Bâtir l’avenir (SCOOP-CA/BA) ont été officiellement lancées ce samedi 3 août 2019 à Ouagadougou. Il s’agit d’une coopérative qui entend regrouper tous les « bâtisseurs de l’avenir » au sein d’une organisation commune.

« Oser inventer l’avenir » ! C’est le challenge que se sont donné des jeunes Burkinabè afin d’investir dans l’économie nationale. C’est également le nom d’un recueil de discours de Thomas Sankara, préparé par David Gakunzi. Comme le dit un adage populaire au Burkina Faso, « une seule main ne peut ramasser toute la farine ».

C’est tout cet état d’esprit qui a conduit des jeunes à la création d’une organisation commune dénommée « SCOOP-CA ». La Société coopérative avec Conseil d’administration/Bâtir l’avenir (SCOOP-CA/BA) fait dans la promotion de l’actionnariat populaire. Ses activités ont été lancées ce samedi 3 août 2019 à Ouagadougou.

En fait, la coopérative fait suite au projet SOFATO (Société Faso Tomate) lancé en avril dernier par l’Amicale des jeunes commerçants et entrepreneurs du Burkina Faso (AJCEB). L’objectif visé était de faire de chaque Burkinabè un acteur de développement.

« Un Burkinabè, un actionnaire »

« L’AJCEB avait perçu cela comme l’unique occasion à saisir pour emmener les Burkinabè à s’approprier l’investissement dans le secteur privé. Nous avons été interpelés sur le caractère irrégulier de notre procédure de collecte de fonds », a expliqué le PCA de SCOOP-CA, Aziz Nignan.

Les recommandations et conseils de l’autorité communautaire de régulation de l’épargne publique semblent avoir été utiles. Le groupe de jeunes issus de divers milieux professionnels a, en effet, décidé de se conformer à la législation communautaire. Ces derniers ont donc choisi de mettre en place une Coopérative. La SCOOP-CA a ainsi été portée sur les fonts baptismaux le 24 mai 2019.

Comme un réseautage, elle se charge de porter les initiatives des « bâtisseurs de l’avenir » à travers le sous projet « Un Burkinabè, un actionnaire ». La structure, selon ses initiateurs, vise à susciter la participation de ses membres en investissement structurel dans les domaines porteurs dont celui agricole.

« Au lieu de prendre le risque d’aller à l’aventure,… »

Il s’agit, selon Aziz Nignan, d’une opportunité pour que les Burkinabè puissent occuper directement tous les secteurs d’activités et en tirer profit. « Ce projet est d’abord patriotique avant d’être lucratif. Son succès dépend de l’adhésion massive, rapide et participative des Burkinabè », a-t-il indiqué. Les frais d’adhésion sont fixés à 5.000 F CFA. Une fois membre, le « bâtisseur » devient investisseur. Muni d’un livret de membre, il pourra participer aux activités d’investissement de la Coopérative.

« Ce n’est pas une publicité à grande échelle pour faire un lever de fonds. Le but est de faire de chaque Burkinabè un investisseur amateur, avant de devenir investisseur professionnel. Au lieu de prendre le risque d’aller à l’aventure, chaque porteur de projet pourra être accompagné par la Coopérative afin de réaliser son rêve », a lancé Issouf Sirima, Conseiller technique de la Coopérative.

Pour la première initiative, à savoir l’implantation de l’usine SOFATO, les responsables de la SCOOP-CA ont confié qu’un espace de trois hectares a été déjà acquis à Yako. L’autorisation d’implantation de ladite usine, selon eux, a également été obtenue.

Noufou KINDO

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR