Intelligence Artificielle en Afrique : Un premier laboratoire ouvert par Google au Ghana

Le géant américain, Google, a ouvert en avril 2019 un centre d’Intelligence Artificielle au Ghana, une première en Afrique. L’objectif est d’apporter des solutions concrètes aux multiples problèmes auxquels le continent est confronté

Une première en Afrique. Le géant américain Google a ouvert ce 10 avril 2019 un laboratoire de recherche sur l’Intelligence Artificielle (AI) au Ghana pour répondre aux problèmes socio-économiques, politiques et environnementaux du continent. De nombreux laboratoires technologiques existent déjà dans des villes telles que Tokyo, Zurich, Montréal ou Paris. Mais, c’est une première en Afrique.

Face à la presse, le directeur du Centre de Ghana, Moustapha Cissé, a expliqué que « l’Afrique est confrontée à de nombreux défis et que l’utilisation de l’intelligence artificielle peut être plus importante que sur d’autres sites ». Moustapha Cissé a aussi assuré que, grâce aux algorithmes, à la reconnaissance vocale ou écrite, de nombreux documents pourraient être traduits dans les langues africaines. Et les agriculteurs pourraient détecter des problèmes liés à la production ou évaluer les prix du marché.

« Nous sommes le continent le plus jeune au monde »

Et d’ajouter : « nous sommes le continent le plus jeune de la planète. C’est aussi le continent où la population croît le plus vite. Les défis sont immenses et l’Intelligence Artificielle a un rôle à jouer. Ce type de technologie aidera à accélérer plusieurs sciences très importantes. Je crois que l’avenir de l’Intelligence Artificielle se trouve principalement en Afrique », martèle-t-il

Moustapha Cissé a souligné le rôle prépondérant que l’Intelligence Artificielle peut jouer pour le monde rural en Afrique, notamment pour les paysans. « L’Intelligence Artificielle peut être utilisée pour diagnostiquer certaines maladies notées dans les récoltes pour que des décisions soient rapidement prises afin de résoudre l’un des défis auxquels les cultivateurs font face. Donc, l’Intelligence Artificielle est très importante dans le domaine de l’agriculture » insiste Cissé.

« Un symposium sur l’Intelligence Artificielle au Ghana »

La nouvelle a attiré l’attention des médias du monde entier. Ainsi, selon la chaîne américaine CNN, Google, en ouvrant ce centre sur le continent africain, rejoint des géants numériques tels que Facebook qui, ces dernières années, ont sérieusement pris en compte la force démographique de l’Afrique.

L’arrivée de l’Intelligence Artificielle ne passe pas inaperçue au Ghana où la question a été  prise très au sérieux par les autorités politiques et éducatives. Ainsi, le Département d’Information de l’université de Ghana a organisé en juin 2019 un symposium sur le sujet intitulé : « Défier le statu quo : le rôle de l’Intelligence Artificielle en Afrique ». D’éminents professeurs et étudiants y ont pris part.

« Accra, parmi les plus importantes villes du monde »

Selon le site ghanéen, Ghanaweb.com, Accra, capitale du Ghana, rejoint ainsi les plus grandes villes du monde ayant reçu des centres de laboratoire d’Intelligence Artificielle : Paris, Zurich, Tokyo, Beijing, Montréal, Toronto, Seattle, Cambridge, Boston, Tel Aviv, New York ou encore San Francisco.

Toujours d’après le média ghanéen, dix pays dont le Sénégal, l’Ouganda, les Etats-Unis, Israël, le Nigeria, l’Irlande, le Canada et la Grande-Bretagne ont déjà rejoint le projet afin d’aider à la résolution des problèmes liés à la santé, à l’alimentation… en Afrique. L’ouverture de ce centre sur le continent est la preuve de l’importance de l’Afrique pour l’avenir du numérique. Une importance qui n’échappe pas aux géants numériques.

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR