Accès au financement : Un Burkinabè propose une solution

Au Burkina Faso, plus de 75% de la population a moins de 35 ans. Permettre aux jeunes et à la population rurale d’avoir accès à des financements, c’est l’objectif que s’est fixé Vincent de Paul Kaboré, un Homme d’affaires. Et pour ce faire, il fait des propositions à prendre en considération par les jeunes pour financer des activités.

« On dit souvent que les Africains aiment critiquer sans donner de solutions ou de propositions », déplore Vincent de Paul Kaboré, hommes d’affaires et promoteur immobilier. Pour ne pas s’aligner dans cette logique, il fait des propositions. Des solutions salvatrices pour une « économie globalisée et très concurrentielle ».

« Le contexte volatile des prix des matières premières de l’Afrique, les aléas climatiques qui influent négativement sur le rendement des cultures vivrières et l’absence de mesures d’accompagnement des jeunes entrepreneurs du monde rural sont entre autres les gros problèmes auxquels sont confrontées les populations villageoises. Des facteurs qui ne permettent pas aux jeunes du monde informel de s’offrir des opportunités», a expliqué Vincent de Paul Kaboré.

Et pour contrer cette situation, des propositions sont à prendre en considération. Il s’agit, entre autres, de la mise en place d’un système sur le « crowdfunding en ligne » et l’autre sur le « crowdfunding physique ».

A l’écouter, le « crowdfunding en ligne » est un système de levée de fonds individuelle auprès d’un groupe spécifique désirant faire des placements en ligne et le « crowdfunding physique » consiste en la levée de fonds individuelle de porte à porte à travers les différents villages et communautés.

 « Je lance un appel solennel de solidarité aux citoyens du monde à se soutenir mutuellement, car la mondialisation est une très bonne chose pour l’Afrique car logiquement, avec toute sa jeunesse, ses terres regorgent de minerais sa valeur ajoutée. J’ai foi que la debalkanisation de l’Afrique va réduire l’exode rural. Une chose est sure,  le développement de l’Afrique passera forcement par le développement de son secteur primaire », a-t-il insisté

Basile SAMA

Lesaffairesbf

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR