Rosine Coulibaly : « Que l’histoire me condamne si j’ai eu tort… »

Lassané Kaboré a officiellement remplacé Rosine Coulibaly au ministère de l’économie, des finances et du développement ce lundi 28 janvier 2019.

Le nouveau ministre est un inspecteur du trésor depuis 1996. Rosine Coulibaly a fait son bilan à la tête du département. Elle est revenue sur le financement du PNDES. Au 31 décembre 2018, les ressources mobilisées s’élèveraient à plus 6 180 milliards de F CFA, soit 71,11% des annonces des partenaires institutionnels à la conférence de Paris. Mais 111% par rapport au besoin de financement adressé.

« L’avons-nous réussi ? Il ne m’appartient pas d’en juger. L’histoire qui est le seul juge infaillible avisera », a-t-elle indiqué. Par ailleurs, elle a fait une halte sur les mouvements sociaux qui ont émaillé son département durant les trois ans passés. 

Lire également 👉Burkina : Pourquoi Rosine Coulibaly est-elle partie?

« L’action du département aurait pu s’afficher de manière encore plus éclatante, si les trois années écoulées n’avaient pas été plombées par de nombreux mouvements sociaux. Au contexte international difficile sont venus se greffer de nombreux mouvement des partenaires sociaux.

Malheureusement, certains ont été enfermés dans le confort d’habitude routinière. Certains m’ont refusé le droit de conduire des réformes légitimes audacieuses, mais nécessaires pour être en phase avec le nouvel ordre économique et les attentes des populations. Que l’histoire me condamne, si j’ai eu tort d’indiquer la voie qui m’a semblé la meilleure pour faire face aux défis et améliorer les performances du MINEFID.

La vérité ne blesse pas par elle-même. Elle fait mal car elle brise une illusion. Ni les injures, ni les intimidations, ni la délation, ni les atteintes à ma vie privée, ni les cabales médiatiques ne m’ont perturbée un seul instant. Je m’en vais avec le sentiment du devoir accompli, non pas en héros solitaire, mais admirative de la contribution de tous et de chacun à la mission de pilotage de l’économie, des finances publiques, de la gestion du développement et d’aménagement du territoire.

C’est le cœur léger que je quitte cette fonction et il ne pouvait en être autrement car de ma culture et de mon éducation il n’y a point de place, ni pour la rancune encore moins pour la haine. Je voudrais en toute humilité implorer le pardon à tous ceux que j’ai pu offenser par mes paroles et par mes actes au cours de ma fonction », a déclaré  Rosine Coulibaly, ministre sortante en charge de l’économie.

Jules César KABORE

Burkina24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR