Burkina : 2iE célèbre son jubilé d’or

106 total views, 1 views today

L’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE)  célèbre le vendredi 14 décembre 2018 à Ouagadougou, un demi-siècle d’existence. Créée en 1968 sous l’appellation EIER et ETSHER (Ecole inter-Etats de l’équipement rural et de l’Ecole supérieure des techniciens de l’hydraulique et de l’équipement rural, ndlr), puis rebaptisée Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) en 2006, cette école panafricaine d’enseignement supérieur et de recherche a, en 2018, 50 ans. 

Pour marquer le jubilé d’or de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE), une cérémonie a été organisée le vendredi 14 décembre 2018 en présence de deux Chefs d’Etat, Roch Kaboré du Burkina Faso et Idriss Déby Itno du Tchad, par ailleurs parrain de la présente célébration. L’institut qui rassemble dans sa gouvernance 16 membres fondateurs a déjà formé, depuis sa création, 8.100 ingénieurs et techniciens supérieurs dont 95% travaillent en Afrique. De ces diplômés, le Tchad tient la tête avec un contingent de 442 diplômés (de 1977 à 2018).

Le thème du jubilé d’or de l’Institut est « De l’EIER ETSHER à 2iE, 50 ans au service de l’Afrique ». Ce choix, selon Niouga Ambroise Ouédraogo, ministre de l’eau et de l’assainissement, « est non seulement un hommage rendu au travail de ces femmes et de ces hommes qui ont contribué au rayonnement de l’Institut, mais aussi de ces cadres qui, quotidiennement, mettent leur savoir-faire au service de leurs pays pour le bien-être des populations urbaines et rurales ».

Le ministre a profité de la tribune pour appeler à ce que « des réflexions sans complaisance soient menées pour un alignement de l’école au nouvel environnement mondial conformément à la vision des Etats et des partenaires ». Ce cri du ministre Ouédraogo est consécutif à la crise de gouvernance que vit l’Institut, « l’un des meilleurs centres de formation en Afrique », depuis quelques années et qui « l’a fortement ébranlé ».

Des étudiants tchadiens des 2iE ont posé avec leur Président – B24

Malgré les résultats satisfaisants engrangés, un grand défi reste à relever, précise le Pr Mady Kouanda, Directeur général des 2iE. « Il s’agit, dit-il, de sortir de la situation financière difficile qu’il traverse afin de garantir sa pérennité pour en assurer son équilibre financier ». Ainsi, le premier responsable de l’institut a saisi l’occasion pour faire un plaidoyer à l’endroit des Etats et des partenaires pour qu’ils soutiennent l’Institut afin que celui-ci puisse continuer de jouer son rôle d’outil de développement et d’intégration africaine. Le cri de cœur a été entendu par le Président du Faso, Roch Kaboré :

« Obligatoirement, les pays africains qui sont concernés par cette institution et qui ne payent pas leurs cotisations doivent se ressaisir pour que nous puissions avancer ensemble. Je pense que cela me semble important.

C’est le rôle également du Conseil d’administration, c’est le rôle de la Présidence, du Conseil des ministres et c’est notre rôle en tant que chefs d’Etat également de profiter de toutes les tribunes pour faire en sorte que chacun puisse se ressaisir et que nous puissions maintenir les 2iE comme étant un pôle d’excellence et de formation pour nos deux pays.

Le travail sera fait dans ce sens et je crois que nous pourrions sortir progressivement de cette zone de turbulence ».

Roch Kaboré, le 14 décembre 2018 – Burkina 24

Dans la même veine, le Président tchadien a appelé les Etats membres à « refonder, rénover, redynamiser » 2iE afin qu’il puisse accomplir sa mission de formation des jeunes cadres des pays africains. Aussi dit-il, « je m’engage au nom de mon pays pour soutenir fortement les 2iE dans sa mission noble ». Pour ses efforts de soutien, le Conseil d’administration des 2iE a décerné un titre honorifique au président tchadien. 

Idriss Déby Itno, diplôme en main, honoré par le Conseil d’administration des 2iE – B24

Idriss Déby Itno a été fait Docteur honoris causa de l’Institut international d’ingénierie de l’eau et de l’environnement (2iE) qui « rend honneur à l’homme d’Etat engagé et visionnaire de l’Afrique, tant pour sa disponibilité et sa contribution que pour son inlassable combat pour la recherche de la paix, pour l’intégration africaine et pour un enseignement supérieur de qualité au service du développement de l’Afrique », a précisé le Pr Mady Kouanda. Par ailleurs, un complexe d’étude a été baptisé du nom du Président tchadien.

Ignace Ismaël NABOLE

Burkina 24

Pas de commentaire

Repondre a l'Article

*

*

ARTICLE POPULAIR